Guinée/crise de carburant : Le DG de la SONAP promet qu’il n’y en aura plus dans le pays

Conakry, 25 juin (AGP) - Le Directeur Général (DG) de la Société Nationale des Pétroles (SONAP), Amadou Doumbouya, dans une interview accordée à notre reporter, dans la soirée du vendredi 24 juin 2022, a informé la population de la disponibilité de l’essence dans le pays. Mais aussi, il a rassuré qu’il n’y aura plus de crise de pétrole en Guinée.

Tout d’abord, il a rappelé que la SONAP a été créée le 03 décembre 2021 par le président de la transition, colonel Mamadi Doumbouya, en faisant une fusion de la Société Nationale d’Importation des Pétroles (SONIP) et de la SONAP, pour s’occuper de l’importation du pétrole en Guinée. La SONIP a été créée suite au monopole qui a été accordé au gouvernement à importer le pétrole, à travers une loi votée le 27 janvier 2021 à l’assemblée nationale dont la SONIP n’avait pas en ce moment pu le faire.

« La crise du pétrole que traverse la Guinée, il y a de cela presque une semaine, est due surtout à des phénomènes que nous ne contrôlons pas. Le pays disposait un peu de gazole. Mais comme la plupart des citoyens utilisent de l’essence pour leurs engins, c’est pourquoi nous avons senti cette crise. C’est la première fois que le gouvernement guinéen arrive à importer du pétrole.

La crise s’explique par le fait que la Guinée n’a pas de stock de réserve de pétrole qui empêche l’interruption. Notre dépôt est très petit. Certaines stations qui avaient du pétrole, avaient refusé de le revendre par faute de mesures de sécurité. Le coût du pétrole est monté de façon vertigineuse. Avant il fallait 85.000.000 de dollars pour couvrir les besoins mensuels. Maintenant nous sommes dans l’équivalent de 145 à 150.000.000 et quelques dollars. 03 bateaux dont 02 pour le gazole et 01 pour l’essence étaient en Guinée, il y a de cela plus de 10 jours.

Mais pour pouvoir les confirmer, certaines grandes institutions financières qui ont leurs maisons mères en Europe, prenaient du temps et elles avaient demandé beaucoup de papiers que les garanties et les marqueteurs ne remplissaient pas. Aussi, les mois antérieurs, il y avait une disparité entre les prix qui étaient bas. Mais on a pu le régler. Il fallait convaincre ces garanties que maintenant c’est l’Etat qui revend le pétrole, que certaines de ces choses ne vont pas arriver », a évoqué le DG de la SONAP.

Avant d’avertir, « l’essence est disponible dans le pays. Je suis sûr qu’au niveau de grand Conakry, la quasi-totalité des stations sont servies en essence. Et ça continue progressivement. Tout le weekend, la Société Guinéenne des Pétroles (SGP), a pour vocation de faire le stockage, et moi-même allons travailler ensemble pour que tout le monde soit servi ».

M. Doumbouya a rassuré qu’il n’y aura plus de crise de pétrole en Guinée. « Nous sommes en train de travailler dur avec les institutions financières, pour trouver quelque chose que nous pensons qui peut marcher. Parce que lorsqu'on parle de transaction financière, il y a beaucoup d'incertitudes. La Guinée était le seul pays dans la sous-région Ouest africaine qui n’avait pas encore connu une crise de pétrole. La crise de la Guinée était d’ordre financier », a-t-il réconforté.

AGP/25/06/022 JG/CM

COMMENTAIRES

AGP TV


">