Guinée/Fraudes aux Examens : Aboubacar Soumah dénonce l’emprisonnement des surveillants et candidats

Conakry, 25 juin (AGP)-Les examens nationaux, session 2022, ont été marqués par la suspension et la mise à la disposition de la justice, de plusieurs candidats et surveillants pris pour tentatives de fraudes ou fraudes au sein des centres d’examen.
A la suite de ces arrestations, des actions judiciaires ont été intentées à leur encontre dans les différents tribunaux sur le territoire national. Des sentences allant de l’emprisonnement à la condamnation par sursis ont été prononcées par endroit, contre des surveillants et candidats inculpés. Une situation que déplore le Secrétaire Général du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée.
Réagissant sur la question, Aboubacar Soumah a précisé que dans les règlements généraux, des sanctions sont prévues contre les surveillants complices des cas de fraudes ou de tentatives de fraudes. Et, dit-il : « Un enseignant peut-être condamné si toutefois il a, lui-même, montré le sujet aux candidats. Mais, si on prend un élève en classe en train de tricher et qu’on enferme un enseignant à cause de ça, là, je ne suis pas d’accord parce que les enfants ont tous les moyens d’introduire les sujets dans les salles. Je pense qu’il faut approfondir la réflexion autour de ce point afin d’épargner ces cas de l’emprisonnement », souhaite-t-il.
Pour ce qui est de l’incarcération des candidats, le Camarade Aboubacar Soumah martèle que : « Un élève qui est pris en flagrant délit, je pense qu’on ne doit pas l’enfermer à cause de ça. Il faut que les sanctions qui seront prises soient dissuasives. Mais, je ne veux pas qu’on enferme un élève parce qu’il a eu à frauder mais quand-même, qu’on le sanctionne tel que ça a été décidé. Il est éliminé de l’examen de cette année ainsi que l’année suivante. Là, c’est dissuasif. Mais, il ne faut pas aller jusqu’à emprisonner les enfants dans les prisons avec les bandits. Je déplore cette mesure, je ne suis pas d’accord qu’on enferme les enfants avec les bandits dans les mêmes cellules », a conclu le SG du SLECG.
AGP/25/06/022 SLECG

COMMENTAIRES

AGP TV


">