Guinée/Consultation nationales : ‘’ On ne doit plus former des gouvernements pour repartir des privilèges entre les ethnies et les régions’’ suggère Dr Faya Millimouno du Bloc Libéral

Conakry, 14 sept (AGP) - Le président du parti Bloc Libéral (BL), Dr Faya Millimouno, a apporté mardi, 14 septembre 2021, des suggestions sur l’annonce de la mise en place d’un gouvernement d’union nationale pour conduire la transition en Guinée. C’était à l’occasion de la rencontre des acteurs politiques avec le Comité National de rassemblement et du Développement (CNRD), au palais du peuple à Conakry.


A la sortie de la salle de réunion, le président du BL a fait savoir que « le colonel Mamadi Doumbouya, s’est adressé à nous brièvement, pour rappeler l’esprit qui les a conduit à prendre le pouvoir le 05 septembre dernier, pour rectifier ce qui devenait nécessaire à être rectifié ».


Poursuivant, Dr Faya Millimono a rappelé qu’en 2010, les uns ont voulu que la période transitoire soit une réussite pour eux. On est allés dans la précipitation. Beaucoup de nos compatriotes ne sont pas parmi nous aujourd’hui à cause de cela. « Pour une fois, faisons un changement dans l’intérêt du peuple de Guinée. C’est ce que le BL et la coalition politique pour la rupture sont en train de faire. Le système qui nous a donné ce passif de 63 ans, doit être abattu. Mais pour ce faire, nous devons nous donner suffisamment du temps », a-t-il indiqué.


Avant de suggérer, « suite à l’annonce de la mise en place d’un gouvernement d’union nationale pour conduire la transition en Guinée. Le premier conseil que nous donnions, c’est qu’on ne doit plus former des gouvernements en Guinée pour repartir des privilèges entre les ethnies et les régions. Il faut identifier les guinéens qui ont la compétence, l’intégrité pour travailler pour l’ensemble des guinéens. Nous avons une constitution à écrire. Nous devons écrire cette constitution en tenant compte de nos valeurs et de notre sociologie », a-t-il dit.


Le président du BL a qualifié la rencontre du CNRD avec les acteurs politiques, d’opportunité à saisir pour les guinéens. Car rappelle-t-il, « ces genres d’opportunités se sont présentés par le passé. Mais elles nous sont glissées sur les mains. Cette fois-ci, nous souhaitons qu’elle soit peut être la bonne, si chacun peut faire de cette période transitoire une réussite, pas pour soi-même, mais pour la Guinée ».


Il a conclu en disant, « avoir une CENI technique, avoir le fichier électoral sont des choses mineures. La refondation de l’Etat guinéen est aujourd’hui le maître mot. C’est à cause de cela que nous nous engageons pour que la justice compte dans ce pays ».


AGP/14/09/021 JG/KAD/AND

COMMENTAIRES

AGP TV