Labé-Société :Bouchers et Autorité communale opposés sur le prix du kilo de viande

Labé,30 juil(AGP)-A quelques heures de la célébration de la fête de tabaski, les fidèles musulmans affluent dans les boucheries pour acheter de la viande. Cependant, à Labé, une crise a éclaté entre les bouchers et l’autorité communale autour du prix du kilo de viande.
Il a été constaté sur place que les revendeurs à la boucherie ont augmenté 5.000gnf sur le prix du kilo de viande. Une hausse qui a été dénoncée par les populations de Labé via les médias locaux. Les habitants ont même interpellé le conseil communal.
Les autorités de la commune disent n’avoir pas été consultées par les bouchers avant toute augmentation conformément à l’accord qui les lie. Malgré les injonctions des autorités pour que le prix initial reste à 35 000gnf au lieu de 40 000gnf, les revendeurs sont inflexibles, et catégoriques.
Les citoyens fustigent ‘’la mauvaise foi’’ des bouchers
« Nos bouchers sont de mauvaise foi. A chaque fête ils augmentent le prix. Si c’est en saison sèche, ils disent que les bœufs sont faibles par manque de nourriture. En saison des pluies aussi, ils augmentent en prétextant qu’il n’y a pas assez de bêtes et les routes sont mauvaises. Nous ne comprenons rien. S’ils te vendent à 35 000gnf, tu n’auras rien en viande propre parce qu’ils ne mettront que des os. Donc pour avoir un peu de viande, il faut donner 40 000gnf. » s’est plainte Aissatou Diallo à la sortie de la boucherie.
Les autorités communales, défiées par les bouchers, menacent de fermer les installations « La boucherie appartient à la commune. Donc, s’ils ne veulent pas vendre le kilo à 35 000gnf ; ils vont libérer les places parce qu’ils ne sont pas les seuls bouchers à Labé. Nous nous sommes entendus que le kilo restera à 35 000gnf pas à 40 000gnf. Mais pour ne pas déranger nos paisibles fideles musulmans, nos préférons opérer après la fête de tabaski. » a soutenu Souleymane Dios Diallo chargé de déguerpissement et d’assainissement à la commune.
Du coup les bouchers menacés, sont fermes. Jusqu’à date le prix du kilo de viande est à 40 000gnf. Hors micro, un boucher nous a confié qu’ils rencontrent assez de difficultés pour avoir leurs marchandises.
« En cette saison pluvieuse, les bœufs coutent plus chers parce qu’ils sont grands et les routes sont impraticables. Nous sommes obligés d’augmenter pour les acheter et augmenter aussi pour les transporter. Et à cela s’ajoute, la crise sanitaire. Donc, nous aussi pour s’en sortir, il nous faut augmenter le prix du kilo. Comme, la commune veut fermer la boucherie, on attend, » a indiqué le chargé de communication au sein de la coopérative des bouchers, Boubacar Kanté.
AGP/30/03/019 SD/ABD

COMMENTAIRES

AGP TV