Guinée-Société : Journée Mondiale de la Population, célébrée en différé

Conakry, 30 juil. (AGP)- L’humanité a célébré le 29 juillet, la journée mondiale de la population. A l’occasion, le Ministère du Plan et du Développement Economique (MPDE) en compagnie des responsables des Ministères des Droits et de l'Autonomisation des Femmes, de la Santé et du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) a animé mardi, 28 juillet 2020, à Conakry une conférence de presse pour parler du thème retenu : « Stop Covid-19, comment protéger la santé, les droits des femmes et filles ».
Selon le directeur national de la population et du développement au Ministère du Plan et du Développement Economique, Mohamed Sanoh « la Guinée reste un pays où, beaucoup reste à faire. Les statistiques fournies par la Direction Nationale de la Population et du Développement, indiquent que le taux de prévalence contraceptive est passée de 3% en 1992 à 11% en 2018 ; les besoins non satisfaits en matière de planification familiale sont de 22%, contre une moyenne de 52% en Afrique. Le taux de mortalité maternelle est passé de 926 en 1992 à 550 femmes pour 100 000 naissances vivantes en 2018 contre, moins de 100, prévus par la Conférence Internationale pour la Population et le Développement (CIPD). Le pays est toujours confronté à la recrudescence de plusieurs formes de violences basées sur le genre dont les viols, les mariages et des grossesses précoces. Il enregistre aussi, un taux élevé de « non-maintien » des filles à l’école sans oublier le fléau des mutilations génitales féminines/excision ».
En Guinée, les mutilations génitales féminines sont d’une prévalence de 96% alors qu’une étude nationale menée en 2016, révèle que 83 % des femmes de 15 à 65 ans ont subi une violence basée sur le genre au cours de leur vie dont 29% de cas de viols.
Mr Sanoh a rappelé que le Covid-19 a impacté négativement le monde entier. Il a mentionné qu’à la date du 24 juillet 2020, le nombre de cas confirmés était de 6.867 personnes parmi lesquelles figuraient 2.101 femmes. Dans la dynamique de riposte nationale contre le Covid-19, ces femmes représentent la majorité des agents de santé en première ligne, devenant ainsi très exposées aux effets du Coronavirus.
Pour la directrice nationale genre et équité, au Ministère des droits et de l’autonomisation des femmes, Marie Touré, « vu les violations dont est victime la couche féminine, il est important qu’on fasse des sensibilisations de porte à porte en touchant les ménages qui ont les responsabilités dans l’encadrement des enfants et l’application des lois ».
De son côté, la cheffe de division, santé de la reproduction à la direction nationale de la santé familiale et de nutrition au Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique, Dr Férida Mara, a annoncé qu’au niveau du département de la santé des mesures sont prises et aussi des instructions données aux personnels de la santé afin que des filles et des femmes puissent avoir accès à des soins de qualité.
Enfin les partenaires au développement , ont salué les efforts consentis et affirmé qu’ils assistent la Guinée pour le bien être de sa population.
AGP/29/07/020 TA/ABD

COMMENTAIRES

AGP TV