Boké: Premier colloque international de Mines et Société

Boké, 21 mai (AGP)- L'Institut Supérieur des Mines et de la Géologie de Boké (ISMGB), à travers son Centre Emergent Mines et Société (CEMS), a lancé vendredi, 20 mai 2022, les travaux de son tout Premier Colloque International de Mines et Société (CIMS).

"Exploitation Minière et Développement Durable, un enjeu majeur pour une Afrique Emergente" est le thème principal de cette 1ère édition, qui connait la participation des enseignants chercheurs de Guinée et d'éminents panelistes venus du Burkina Faso, de la Côte d'Ivoire, du Mali, du Ghana, du Niger et du Sénégal pour une échange de 72 heures.


Dans sa communication, le directeur général de l'institut supérieur des mines et Géologie de Boké, Dr Daouda Kéita, a exprimé la gratitude de son institution à l'égard de l'ensemble des invités de tous les horizons, en leur traduisant les messages des autorités et la ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l'innovation. Il salué la présence des spécialistes de haut niveau venus partager leurs expériences avec l'institut supérieur des mines de Boké.
Prévenir et gérer les risques, soutient-il, constituent un défi majeur pour les projets miniers. La République de Guinée est parmi les pays africains qui tirent l'essentiel de leur vie de l'exploitation minière qui, selon lui, mérite une attention soutenue pour promouvoir les méthodes et techniques pour booster le développement durable.

De son côté, le représentant de la ministre de l'enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l'innovation, Pr Mamadou Saliou Diallo a exprimé la satisfaction de son département qui, selon lui, a osé s'intéresser aux questions de développement économique. Il se dit satisfait de la présence des collègues de la sous-région à ce Colloque.

La transformation, dit-il, est indispensable pour aller de l'avant. Et d'ajouter que la thématique du Colloque International intègre les différentes problématiques du développement de notre pays, la Guinée. Le transfert, la transmission, la recherche scientifique et la vulgarisation des connaissances permettent de travailler sur la problématique intéressant la vie des pays africains ; a-t-il indiqué.
AGP/21/05/022 MMC/CM

COMMENTAIRES

AGP TV