EDITO
Une Maman dans la tourmente ? /Par Alpha Kabinet Doumbouya
Il était une fois, une vieille femme, âgée de 60 ans, plus belle que jamais. Son resplendissant visage comparé à ce ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

BOURSE D'ETUDE AU JAPON

CEDEAO

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


Kindia : Le ministre de l’Energie et de l’Hydraulique en visite sur le site du barrage hydroélectrique de Garafiri

SommaireAccueil


Conakry, 11 juin (AGP)- Le ministre de l’Energie et de l’Hydraulique (EH), Dr Cheick Taliby Sylla était, samedi, 09 juin 2018, sur le site du barrage hydroélectrique de Garafiri, dans la sous-préfecture de Linsan, préfecture de Kindia, dans le but de s’enquérir de l’état de cette infrastructure.


Suite à son constat, le ministre de l’EH a déploré le manque d’eau dans les bassins du barrage Garafiri. Il a estimé, que si le premier barrage sur le fleuve Konkouré, qui donne 75 MW, manque d’eau dans ses bassins, ça serait du à plusieurs raisons.


«La ressource principale dans un barrage, c’est l’eau. S’il n’y a pas d’eau les tribunes de l’alternateur ne fonctionneront pas. Nous comprenons l’exigence des populations à Conakry de donner le courant, 24h/24h. C’est normal, mais il faut tenir compte du phénomène que nous vivons aujourd’hui, ce phénomène dévastateur qui est en train de détruire notre environnement.


La coupe de bois le long de ces fleuves, la fabrication des briques cuites, les cultures sur brulis, tout ça à contribuer à dégrader le bassin du Konkouré, ce qui fait que le débit à l’étiage devient extrêmement faible, et on ne peut pas satisfaire les besoins», a déploré Dr Cheick Taliby Sylla.


Selon lui, pour combler le déficit de courant, l’Etat utilise les centrales thermiques, ce qui n’est pas sans conséquences.


«On est obligé de faire tourner les centrales thermiques qui coûtent énormément chère à l’Etat guinéen, parce que c’est subventionné dans sa totalité par l’Etat. C’est l’Etat qui paye le carburant pour faire fonctionner les centrales thermiques de Conakry», a fait savoir le ministre de l’EH.


Cependant, il n’a pas manqué de lancer un appelle à la population : «Il faut que la population contribue à l’effort que l’Etat est en train de faire aujourd’hui. Ils doivent préserver les bassins d’eau où il ya des aménagements hydroélectriques, pour qu’on puisse assurer le service de l’électricité. J’en appelle à la conscience de tout le monde, des riverains de ces bassins fluviaux, à la retenue de ne pas couper les bois».


Poursuivant, le ministre de l’EH, Dr Cheick Taliby Sylla a rappelé les multiples efforts que son Département est en train d’accomplir pour satisfaire la population :


«Entre Garafiri et Souapiti, dans nos recherches on a trouvé deux sites qu’on peut aménager afin d’atteindre 1200 MW sur ce fleuve qui n’est pas transfrontalier, qui appartient à la Guinée, qui prend sa source à Mamou et qui se déverse à Tanènè. Ce site qu’on a trouvé va produire à-peu-près 100 MW. Les études sont presque terminées. Dès que nous finirons les travaux de Souapiti, immédiatement nous démarrerons les travaux de ce site là, pour qu’on puisse compenser la quantité d’énergie perdue à Souapiti».


Le ministre a ainsi formulé son plus grand souhait dans l’électrification du pays. «Notre grand souhait d’ici 2025, qu'on ait 1200 MW», a-t-il émis.


AGP/11/06/018 TS/ST

 
SommaireAccueil

AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro