EDITO
Édito : transfert de compétences: une garantie pour le pouvoir central (Par Alpha Kabinet Doumbouya)
Avec la fraîcheur des tous premiers mois de l’année, on respire mieux. Tant mieux, puisqu’à part le poids de l&rs ... LIRE LA SUITE >


AVIS DE CONCOURS
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO

EPHEMERIDE
De l’OUA à l’UA, 54 ans de marche vers l’unité et le Développement de l’Afrique /Une Synthèse de Amadou Nadhel Diallo
Conakry, 23 mai (AGP)- La naissance de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), il y a ... LIRE LA SUITE >


Partenaires

AGENCE MAROCAINE DE PRESSE

CEDEAO

Soins Rural TM KALLO Atteindre ceux hors portée


INFOS continue...

1
2
3
4
5
6

Page Noire :

Le cameraman du président Alpha Condé, Nanamoudou Traoré ‘’Doudou’’ n’est plus !


Conakry, 12 juin (AGP)- C’est avec consternation que la Guinée a appris dans l’après-midi du jeudi, 12 juin, le décès Nanamoudou Traoré ‘’Doudou’’, cameraman privé du président de la République, Pr Alpha Condé, des suites d’un arrêt cardiaque.

Né le 21 février 1967 à Siguiri, cameraman au Bureau de Presse de la Présidence de la République, Nanamoudou Traoré ‘’Doudou’’, un compagnon fidèle du président Alpha Condé, présent dans toutes ses manifestations politiques, depuis 1992, est décédé ce jeudi, 12 juin, alors qu’il était en plein exercice de son métier.

En cette douloureuse circonstance, le président de la République, Pr Alpha Condé, a adressé ses sincères condoléances à la famille éplorée et au monde de la presse, ainsi que celles du peuple et du gouvernement guinéen.

Le défunt laisse derrière lui, une femme et cinq enfants.
Que l’âme de Doudou Traoré repose en paix. Amen !
AGP/12/06/014 FSC/JPO/ST

 
Les ordures à Conakry, faut-il s’attendre à l’irréparable ?


Il n y a pas pire folie que de mettre le feu à sa propre maison en voulant en finir avec les moustiques. Bien que doté d’une conscience, il arrive parfois que l’être humain obéisse à l’instinct qu’à la raison lorsqu’il est guidé par la passion.

Le dépôt anarchique des ordures aux différents carrefours de la capitale ces derniers temps, ressemblerai à cette illustration teintée de naïveté que nous décrivons ici.

Il est, certes, aisé de constater la limite des autorités du Gouvernorat de la Ville face à la gestion des ordures ménagères à Conakry, faute de moyens et de logistiques nécessaires pour leur transport rapide hors des quartiers. Mais, à voir cette population, qui produit elle-même ces ordures, se livrer à une pratique anarchique de dispersion des saletés, sans aucun souci pour la santé, on ne peut penser qu’à une forme d’insubordination qui ne justifie aucune revendication, fut-elle légitime ou urgente, pour un environnement propre que manifeste cette population.

La réalité donne libre court à diverses interprétations de la part des décideurs et des acteurs actifs sur le terrain. En attendant, la logique est tout autre : ce phénomène attise l’incivisme au niveau de la population et au moment où l’opinion nationale et internationale redoute la menace d’une grave maladie qui ravage les vies humaines. L’épidémie de la fièvre hémorragique à virus Ebola, dont il s’agit, se développe à partir des facteurs favorisants comme l’insalubrité, comme nous confirment les spécialistes, et autres sources d’origine animale. Sa propagation serait aussi liée au contact incontrôlé en cas de sujets suspects ou atteints.

C’est pourquoi depuis l’apparition de cette maladie les campagnes d’information et de sensibilisation sont orientées sur les bonnes pratiques à adopter en vue d’une sécurité sanitaire escomptée.

En effet, ces conseils ont dû porter fruit au départ et amené les citoyens à respecter les instructions des spécialistes en matière de lutte contre cette épidémie. Malheureusement, mêmes les seaux d’eau mélangée au chlore, placés à chaque point stratégique et public ont disparu ; la prudence aussi chez les citoyens, comme si ce qui se disait sur la maladie Ebola n’était que pure boutade. Elle n’en est pas une, lorsqu’on mesure la volonté d’assistance que vouent les pays développés et les institutions internationales, qui sont allés jusqu’à inviter les pays africains menacés par l’épidémie à mettre en branle des mesures sanitaires d’urgence pour un meilleur contrôle de la propagation de cette maladie.

C’est à ces moments critiques même, dans notre capitale, que la population se donne la grande liberté de rependre à chaque coin de rue, des ordures dont on ne connait réellement pas toute la provenance, en raison de la quantité, mais surtout la fréquence avec laquelle ces immondices sont produites et déposées n’importe où.

Or, cette population connait bien les conséquences du phénomène d’insalubrité à travers leurs expériences sur choléra par le passé. Une épidémie annuelle qui est aujourd’hui vaincue grâce à la participation de tous, mais qui avait rendue des familles malheureuses dans notre pays et fait des orphelins, des veufs ou des veuves laissés au sort de la nature et du destin.

En dépit donc de ces tristes réalités, pourquoi, cette population accepte se laisse aller sur une pente glissante ? Déjà consciente que la période hivernale arrive toujours avec son cortège de maladies fatales, comme le choléra, et à un moment où elle est dangereusement menacée par une autre épidémie, toute nouvelle, dans son environnement ?

Si c’est de la passion, vaut mieux arrêter avant que l’irréparable n’intervienne !

Alpha Kabinet Doumbouya

 
Visite du Chef de l’État à Kankan ce Samedi


www.agpguinee.com/ Le Président de la République, Pr Alpha Condé, a effectué ce samedi 21 juin 2014, une visite à Kankan, l'une des plus grandes villes de la Haute-Guinée. Par le passé cette ville était considérée comme la Capitale économique du pays; Conakry étant la Capitale Politique.

Aujourd'hui, retenue comme chef-lieux de la Région administrative de la Haute-Guinée, Kankan est l'un des 7 Gouvernorats du pays; à savoir: Kindia, Boké, Mamou, Labé, Faranah et Nzérékoré plus la zone spéciale de Conakry.

Le Gouvernorat de Kankan a sous sa juridiction les Préfectures de Kouroussa, Siguiri, Mandiana et la Préfecture de Kankan; un découpage territorial que les natifs de la zone se plaisent à appeler ''KO-SI-MAN-KAN'' c'est-à-dire ''Rien ne se ressemble''littéralement traduit.

Nous reviendrons prochainement sur les temps forts du séjour du Chef de l’État, dans cette localité avec la collaboration de nos confrères basés à Kankan.

(AGP) 21/06/014 AKD

 
Page Noire/ Kankan : le parolier humoriste, Lanfia Kouyaté Sara n’est plus !


Kankan, 29 mai (AGP)- Le parolier humoriste, Lanfia Kouyaté communément appelé Sara est décédé, dimanche, 28 mai 2017, aux environs de 23 heures TU, de mort naturelle à son domicile dans la Commune Urbaine (CU) de Kankan.

De source proche de la famille, les funérailles du défunt sont prévus pour mardi, 30 mais, à Kankan.

Lanfia Kouyaté Sara, mort à l’âge de 85 ans, a été un parolier comédien qui, avec son Bölön (instrument traditionnel africain à codes), a su accrocher son public pendant plusieurs décennies.

A travers ses paroles et historiettes dans les grandes manifestations de réjouissance (réceptions officielles, mariages, baptêmes et autres), inspirées des faits de la société, l’homme a été très vite repéré par ses compatriotes, dont le premier président de la République de Guinée, feu Ahmed Sékou Touré, qui souvent, le faisait venir Conakry, ainsi que celui de la deuxième République, feu Général Lansana Conté.

Lanfia Kouyaté Sara laisse derrière lui deux enfants (filles) et une veuve.

Paix à l’Ame du disparu Amen !

AGP/29/05/017 AKK/ST

 
Nomination du Général Sékouba Konaté comme Haut Représentant de l’UA pour l’opérationnalisation de la FAA


Conakry, 8 déc (AGP)- Le président de la Commission de l’Union Africaine (UA), M. Jean Ping, a nommé mardi, 7 décembre, le président de la Transition, ministre de la Défense Nationale de la République de Guinée, Général d’Armée Sékouba Konaté, en qualité de Haut Représentant de l’UA pour l’Opérationnalisation de la Force Africaine en Attente (FAA) et cumulativement, comme responsable de la Planification et la Gestion Stratégique des Opérations de Soutien à la Paix de l’UA.

La FAA est l’un des principaux piliers de l’Architecture continentale de paix et de sécurité, telle que prévue par le protocole relatif à la création du conseil de paix et de sécurité de l’UA.

Elle a pour mandat, d’entreprendre des opérations de soutien à la paix, ainsi que des missions d’intervention dans des cas de génocide, de crimes de guerre ou de crime contre l’humanité conformément à l’acte constitutif de l’UA.

Né en juin 1964 à Conakry, le Général d’Armée Sékouba Konaté a suivi une formation d’officier à l’Académie royale de Meknès au Maroc, à l’école d’application de l’infanterie de Montpellier et à l’école des troupes aéroportées de Paris en France ainsi qu’à l’école de guerre en Chine.

Il a également servi dans le contingent de maintien de la paix de la CEDEAO en Sierra Léone. Il a assuré d’importantes responsabilités au sein de l’armée guinéenne, ayant notamment commandé le Bataillon Autonome des Troupes Aéroportées (BATA).
AGP/8/12/010 MC/AB/ST

 
Mandiana/Signature d’un Pacte d’entente et de non violence entre les populations


Mandiana, 20 mai (AGP)- Les quatre jours de travaux du Forum de réconciliation des fils et filles duWassolon, organisé pour laver le linge sale en famille et non dans le sang, ont abouti à l’extinction des foyers de tension et à la signature d’un Pacte d’entente et de non violence entre toutes les populations de la préfecture de Mandiana, y compris les ressortissants de cette localité.

Ce désormais Code de conduite des mandianaka(population de Mandiana) se résume en 7 points qui consistent au respect scrupuleux des recommandations issues des différentes rencontres à savoir, promouvoir individuellement et collectivement la culture de la paix sur toute l’étendue de la préfecture, privilégier le règlement des conflits domaniaux, miniers, agricoles, ainsi que ceux liés aux mares et forêts par les sages des localités concernées, interdire formellement aux ressortissants d’intervenir négativement dans la gestion des conflits, interdire aux jeunes de contester les décisions rendues par les sages et les notables dans les collectivités, interdire la violation des Pactes historiques existant entre les communautés, mettre en place une structure de suivi de l’application du Pacte, et respecter individuellement et collectivement le contenu du présent Pacte.

Ce document a été signé par les maires des 12 Collectivités que compte la préfecture de Mandiana et les représentants des ressortissants de Wassolon et du Mandén.

Ledit forum, qui a passé aux peignes fin tous les problèmes qui assaillent Mandiana, a fustigée le comportement de certains fils ressortissants de la région qui s’immiscent dans les conflits et activent le feu entre les belligérants.

Les participants ont aussi insisté sur la résolution des conflits par la Justice coutumière et les parties en conflit se sont engagées, de façon solennelle, à déférer leurs différends au niveau des sages de leurs localités respectives. C’est le cas, notamment du conflit de mare qui opposait les villages de Sansando et Kikokarakoura depuis les années 80. Ces 2 parties ont enterré la hache de guerre devant des milliers de participants, en se jurant et serrant les mains avec des coulées de larmes. Elles ont promis de réveiller et d’entretenir les rapports de bon voisinage qui ont existé entre leurs ancêtres.

A rappeler, que de 2006 à ce jour, la préfecture de Mandiana, capitale duWassolon, a connu 20 conflits miniers, agricoles, mare, politiques et frontaliers avec les voisins maliens et ivoiriens. Ces différends ont enregistré 9 morts d’homme, plus de 50 blessés graves et des dégâts matériels inestimables.

A retenir, que seule la sous-préfecture de Saladou est restée sans conflit dans la circonscription de Mandiana.

LeDirecteur général des Douanes, colonel Toumany Sangaré a,à l’occasion, consentis tous ses efforts et moyens pour mettre les fils et filles de Mandiana autour d’une même table.

Ce fils du tiroir avec les femmes de Mandiana s’accroupiraient devant leurs parents pour leur demander pardon, de s’accepter et d’enterrer la hache de guerre et ses efforts ont vaincu les belligérants.
AGP/20/05/014 OS/AB/JPO/ST

 


calb24439Scan_txt.txt

 Document PDF

 
Guinée-Média/ La préfecture de Dalaba a désormais sa Radio Communautaire


Dalaba, 22 mars (AGP)- La préfecture de Dalaba en Moyenne Guinée possède depuis samedi, 12 mars 2016, sa Radio Communautaire créée grâce à la collaboration entre la communauté locale, la Direction Générale de la Radio Rurale de Guinée (DG/RRG), la Banque Mondiale (BM) et le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), a-t-on appris de source informée.





Elle a été inaugurée ce samedi par le ministre de la Communication, Rachid Ndiaye en présence du représentant de l’Unicef en Guinée, Dr Mohamed Ag Ayoya, et des populations de Dalaba, fortement mobilisées pour la circonstance.





Dotée d’un émetteur FM de 500w, d’une antenne de diffusion à quatre dipôles et d’un pylône de 35 mètres, cette Radio communautaire émet sur 99.1 Mhz.





Les équipements offerts par les partenaires sont composés d’un studio équipé de deux ordinateurs multimédias de 2000 Go, d’une table de mixage, d’un groupe électrogène de 13 Kva, d’une moto, de meubles et de matériels de climatisation.





Le ministre de la Communication a mis l’occasion à profit, pour rappeler le rôle fondamental joué par les radios avant et pendant la lutte contre la maladie de la fièvre hémorragique à virus Ebola.





Il s’est ensuite réjoui de l’installation de cette nouvelle Station de Radio qui, a-t-il espéré, «contribuera à l’élargissement de l’espace médiatique de Guinée et aidera à promouvoir le développement à la base des couches vulnérables, que sont les femmes et les enfants».





Dans son allocution de circonstance, le représentant de l’Unicef en Guinée, Dr Mohamed Ag Ayoya a félicité la communauté de Dalaba, notamment les ressortissants de la localité, qui ont fait montre de solidarité, d’organisation et de participation communautaire pour réaliser le magnifique bâtiment abritant la Radio de Dalaba».





Pour Dr Ayoya, cette radio, ainsi bien équipée par son institution, «est véritablement la voix des habitants de Dalaba. Elle dispose d’une grande couverture et pourra atteindre les populations qui se trouvent dans des zones très enclavées».





En plus de cette radio de Dalaba, cinq autres (05) sont en cours d’installation dans les préfectures de Lélouma, Koubia, Fria, Dubréka et dans les Îles de Loos. Elles recevront de la part de l’Unicef les mêmes équipements, dont le coût total est de trois milliards six cent quarante millions deux cent mille francs guinéens (3.640.200.000 GNF), a-t-on noté.


AGP/22/03/016 MKC/ST

 
La BAD accorde près de 300 milliards GNF à la Guinée


Conakry, 17 fév (AGP)- La Banque Africaine de Développement (BAD), à travers son spécialiste en chef, M. Issa Kassoube et le ministre guinéen de l’Economie et des Finances, M. Kerfala Yansané, ont procédé mardi, 15 février dans la salle de conférence du département de l’Economie et des Finances à Conakry, à la signature de plusieurs accords d’une enveloppe financière de 278,5 milliards de francs guinéens (GNF) destinés aux secteurs d’infrastructures énergétiques et au développement social en Guinée, a-t-on indiqué.

Il s’agit notamment, d’un montant de 23,4 millions de dollars américains alloués au projet d’électrification rurale ; 2,6 millions de dollars pour l’étude d’interconnexion du réseau électrique entre la Guinée et le Mali ; 7,8 millions de dollars pour le projet de développement social durable en Haute, Moyenne et Guinée forestière et enfin, 11,8 millions de dollars pour appui et renforcement des capacités et la gestion économique et financière.

A l’occasion de la cérémonie de signature desdits accords, après avoir noté l’engagement de la BAD à accompagner le gouvernement du Pr. Alpha Condé dans ses efforts de redressement et de rupture dans la gouvernance, M. Kerfala Yansané a lancé un appel solennel aux partenaires techniques et financiers, de se constituer en groupe d’amis de la Guinée afin de mobiliser des ressources nécessaires au financement des besoins urgents en vue de remettre son pays sur la voie de la croissance économique.

A rappeler que ces appuis budgétaires alloués à la Guinée qui interviennent dans le cadre de la reprise de la coopération entre la Guinée et la BAD, font suite aux travaux techniques d’une mission conjointe, Fonds Monétaire International, Banque Mondiale et BAD qui se sont récemment déroulés en Guinée.
AGP/17/2/011 ABC/AB/ST

 
Le secrétaire général du PDG-RDA, favorable au renforcement des cadres nationaux de concertation, de dialogue politique et social


Conakry, 16 juin (AGP)- Le secrétaire général du Parti Démocratique de Guinée du Rassemblement Démocratique Africain (PDG-RDA), M. Mohamed Touré a animé mardi, 14 juin à la Maison de la Presse à Lansébounyi dans la commune de Matam à Conakry, une conférence de presse au cours de laquelle, il a fait connaître la position de son parti sur la situation politique du pays notamment, la révision de la liste électorale, le processus de réconciliation et la mise en place d’un dialogue national concerté entre les acteurs politiques du la Guinée.

‘’Aujourd’hui dans une situation de sortie de crise qui n’est pas encore entièrement maîtrisée, la nécessité s’impose de nous doter ou de renforcer des cadres nationaux de concertation, de dialogue politique et social, afin de faire face à des questions qui ne sont pas seulement celles de tel ou de tel parti politique mais, celles de toute la Nation ; il ne servira à rien de se focaliser sur des faux débats’’, a déclaré M. Touré indiquant, que ‘’les véritables enjeux se situent ailleurs’’.

Pour lui, il s’agit d’abord de se fixer une échéance précise et réaliste en tenant compte de l’avis des techniciens bien sûr et de la volonté des uns et des autres, de se doter le plus rapidement possible d’un parlement institutionnel sans lequel, on ne peut parler d’un Etat démocratique.

Sur la volonté du chef de l’Etat d’organiser les élections législatives au cours du dernier trimestre de l’année 2011, M. Touré sollicite un cadre concerté et consensuel avec la présence de tous les acteurs impliqués. ‘’Nous en appelons au sens de responsabilité des uns et des autres afin que chacun puisse transcender ses intérêts particuliers et ressentiments et de ne mettre en avant que l’intérêt de la Nation c'est-à-dire, l’organisation des élections libres et transparentes’’, a-t-il souligné.

Le secrétaire général du PDG-RDA a émis le souhait de connaître une grande représentativité des députés de son parti au sein du futur parlement, pour défendre la voix de la défense de l’indépendance politique, du développement économique, du progrès social, de l’intégration sous-régionale et du panafricanisme étant selon lui, le credo du parti.

L’établissement des collectivités décentralisées a-t-il rappelé, doit être un défi pour le pouvoir politique. Pendant la transition, le PDG-RDA avait voulu que les communales et les législatives soient organisées avant la présidentielle, pensant que la co-organisation des communales et des législatives éviterait des dépenses supplémentaires et des dérives découlant des stratégies basées sur l’ethnie.

Pour M. Touré, la réconciliation nationale est un des principaux défis de la nation. Il a fait savoir que lors du 14ème congrès du PDG-RDA tenu les 14 et 15 mai 2010, son parti en avait fait une nécessité.

Il a ainsi demandé, à identifier d’abord certaines problématiques en réunissant des groupes d’hommes pour faire face au processus de réconciliation soutenant que lorsqu’on parle de la réconciliation nationale, qu’il ne s’agit pas des problématiques de la première République, de la deuxième République ainsi que celles nées au cours de la transition et de l’élection présidentielle de 2010 mais qu’il faut se focaliser sur la jeunesse pour réussir cette réconciliation nationale tant souhaitée par tous les guinéens, a-t-il conclu.
AGP/16/6/011 DB/AB/ST

 
CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO


REGLEMENT DU CONCOURS DU GRAND PRIX DE LA FAAPA POUR LE MEILLEUR ARTICLE, LA MEILLEURE PHOTO, LE MEILLEUR REPORTAGE VIDEO ET LE MEILLEUR REPORTAGE AUDIO


Considérant la décision de la Fédération Atlantique des Agences de Presse Africaines qui a approuvé, lors de sa 1ère Assemblée Générale tenue les 26 et 27 Novembre 2015 à Rabat (Maroc), la création du Grand Prix de la FAAPA, qui est destiné à récompenser le meilleur article, la meilleure photo, le meilleur reportage vidéo et le meilleur reportage audio des journalistes appartenant aux agences de presse membres de cette fédération africaine ;


Attendu que l’Assemblée Générale a mandaté le Conseil exécutif de la FAAPA pour examiner les modalités et les critères de participation et d’attribution de ce prix qui vise à encourager l’excellence au sein des agences de presse africaines ;


Attendu que le Conseil exécutif, qui s’est réuni le 10 Mai 2016 à Rabat, a finalisé le projet du Règlement du concours du Grand Prix de la FAAPA, en vue de le soumettre à l’Assemblée Générale pour adoption; La Deuxième Assemblée Générale de la Fédération Atlantique des Agences de Presse Africaines, tenue les 8 et 9 Décembre 2016 à Casablanca (Maroc), a approuvé à l’unanimité le présent Règlement du Grand Prix de la FAAPA pour le meilleur article, la meilleure photo, le meilleur reportage vidéo et le meilleur reportage audio.


DISPOSITIONS GENERALES


1. Le Grand Prix de la FAAPA pour le meilleur article, la meilleure photo, le meilleur reportage vidéo et le meilleur reportage audio, sera décerné chaque année, sauf au cas où il n’y aura pas de participation ou de concurrence au niveau des candidats.


2. Les articles, les photos, les reportages vidéo et audio proposés doivent porter sur des thèmes concernant le continent africain.


3. Les articles, les photos, les reportages vidéo et audio proposés doivent au préalable être diffusés par l’agence de presse candidate au cours des 12 derniers mois précédant l’envoi des contributions.


4. Chaque agence de presse ne peut participer au concours du Grand Prix de la FAAPA que par un seul article, une seule photo, un seul reportage vidéo et un seul reportage audio.


PROCEDURES ET CONTENUS


5. Les articles, les photos avec légendes, les reportages vidéo et audio proposés doivent être soumis et parvenir au Secrétaire général de la FAAPA avant le 30 septembre de chaque année. Ils doivent être envoyés par courrier postal rapide ou par e-mail.


6. Les articles, les légendes des photos et les contenus des reportages vidéo et audio doivent être traduits vers l’anglais ou le français par l’agence de presse qui a soumis la candidature.


7. Les articles ne doivent pas dépasser 1200 mots.


8. Les photos peuvent être en couleur ou en noir et blanc.


9. Les légendes des photos ne doivent pas dépasser 100 mots.


10. Les reportages vidéo ne doivent pas dépasser 3 minutes.


11. Les reportages audio ne doivent pas dépasser 3 minutes.


12. Le Secrétaire général devra envoyer des copies des différentes contributions aux membres du Conseil exécutif, pour étude et évaluation, deux semaines après la date de clôture.


13. Le Conseil exécutif choisira les lauréats du Grand Prix de la FAAPA, conformément aux règles susmentionnées, et annoncera les gagnants au cours de l’Assemblée Générale.


PRIX


14. Le Grand Prix de la FAAPA sera d’une valeur de Mille dollars (1000 $ US) pour chaque catégorie.


15. La remise du Prix aux gagnants aura lieu au cours d'une brève cérémonie lors de l'Assemblée Générale.


16. Les lauréats se verront offrir un voyage d’une semaine dans le pays devant abriter l’Assemblée Générale. L’agence de presse du pays hôte prendra en charge tous les frais engendrés par le voyage (billet d’avion aller-retour, hôtel, restauration et transport).


17. Des certificats signés par le Président de la FAAPA seront remis aux lauréats.


18. Le meilleur article, la meilleure photo, le meilleur reportage vidéo et le meilleur reportage audio seront diffusés sur le site web de la FAAPA.


Adopté à Casablanca, le 9 Décembre 2016

 
Diplomatie : tenue d’une journée «Portes Ouvertes sur la Guinée» à Shepherd Universty en Virginie Occidentale


Conakry, 24 oct (AGP)- L’ambassadeur de la République de Guinée aux Etats-Unis d’Amérique, Mamady Condé était, mardi, 18 octobre, 2016, l’hôte de Shepherd University, pour une Journée Portes ouvertes sur la Guinée, rapporte Alsény Ben Bangoura du site d’informations AlloConkry.


Shepherd University est un établissement public d’Enseignement supérieur vieux de plus de 130 ans, situé à 1h30 de voiture du District de Columbia, dans un endroit pittoresque de Virginie Occidentale.


La Virginie de l’Ouest ou West Virginia en anglais, est un Etat conservateur et rural du Sud des Etats-Unis connu pour ses mines de charbon, son paysage montagneux et la culture des Appalaches.


C’est en 1863 qu’il s’est séparé de Virginie, Etat confédéré durant la guerre de Sécession, ayant rejeté l’idée de quitter l’Union, objectif alors poursuivi par les sécessionnistes du Sud en vue de maintenir l’esclavage qui fut aboli en 1865 grâce à la victoire des abolitionnistes du Nord sous la direction du président Abraham Lincoln, assassiné en avril de la même année.


Spécialisé dans les Arts libéraux, les Sciences naturelles et l’Administration des affaires, Shepherd University compte environ 4000 étudiants venant en majorité de Virginie Occidentale et des Etats voisins, à savoir la Pennsylvanie et le Maryland, la Virginie, le Kentucky et l’Ohio. Egalement dans l’effectif, des étudiants d’origine africaine en nombre réduit, à moins de 100.


A l’instar de leurs concitoyens des autres Universités américaines, les étudiants de Shepherd savent très peu de l’Afrique et le peu qu’ils savent du continent noir est superficiel. Une perception qui, pour la plupart du temps, ne reflète pas la réalité d’une Afrique diverse et de plus en plus dynamique.


Pour pallier cette situation, la Direction de l’Université en charge des Affaires internationales, en collaboration avec un de ses anciens étudiants, l’ivoirien Sidiki Diabaté, a créé récemment un programme qui consiste à inviter chaque année un ambassadeur étranger pour parler de son pays dans le cadre d’une journée “Portes ouvertes”.


Ainsi après la Côte d’Ivoire, le choix est tombé cette année sur la République de Guinée, un pays très mal connu des américains, par ailleurs stigmatisé par la récente épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola.


L’ambassadeur Mamady Condé, qui a effectué le déplacement avec plusieurs de ses proches collaborateurs, a profité de ce moment privilégié pour échanger avec les étudiants et enseignants sur la Guinée, découvrir le campus, partager les mets guinéens et jeter les jalons pour une future collaboration devant permettre à des jeunes guinéens d’étudier à Shepherd.


Sur place, M. Condé a fait une présentation générale du pays, en mettant en exergue son histoire et sa géographie. Il s’est appesanti sur le rôle pionnier qu’a joué la Guinée dans le processus de décolonisation du continent en tant que premier pays francophone d’Afrique au Sud du Sahara à accéder à l’indépendance proposée par la France en 1958. Une situation qui, a-t-il martelé, n’a pas été appréciée par la puissance colonisatrice qui chercha à nuire au nouvel Etat indépendant, par tous les moyens.


Le diplomate guinéen a également abordé le dernier développement de la situation sociopolitique de la Guinée, «marquée par un retour à l’ordre constitutionnel, après plusieurs décennies de régimes militaires ayant laissé le pays exsangue. Des élections démocratiques ont finalement permis, en 2010 et en 2015, la désignation du professeur Alpha Condé. Personnalité historique de l’opposition et septuagénaire qui se voit désormais confier la tâche de rebâtir la Guinée, alors qu’un profond contraste existe entre la situation actuelle et les ressources énormes du pays».


L’ambassadeur Condé a estimé, que «la Guinée bénéficie aujourd’hui d’une stabilité sans précédant qui permet de mettre en valeur ses nombreuses ressources naturelles, dont des réserves énormes de bauxite, de minerais de fer, de diamants, d’or, de sel, d’énergie hydroélectrique et probablement aussi de pétrole».


En outre, a t-il ajouté, «le pays recèle des possibilités de croissance considérables, dans les domaines de l’agriculture et des pêches. Dans ces conditions, s’offrent des possibilités pour de réels investissements et des activités commerciales».


La présentation du diplomate guinéen a été illustrée par deux vidéos, dont la première portait en grande partie sur les grands chantiers du pays. La seconde sur la problématique de l’éducation, le chômage des jeunes, ainsi que les enjeux et défis de la santé, des secteurs névralgiques de premier plan.


Le clou de cette journée, “Portes Ouvertes sur la Guinée’’, a été un diner avec les mets guinéens, suivi d’un spectacle et de la remise de cadeaux symboliques par l’ambassadeur Condé aux principaux responsables de l’Université Shepherd.


Des enseignants et étudiants interrogés par la suite estiment, à l’unanimité, que «l’exposé de l’ambassadeur Condé, qui a été suivi d’une séance de questions-réponses, a ouvert leurs yeux et enrichi leur connaissance sur la Guinée».


Témoignage inédit de cette étudiante en fin de cycle, pour qui «la Guinée parait être un “endroit incroyable” qu’elle rêve de visiter un jour.


AGP/24/10/016 ABB/AKD/ST

 
Page noire :

Hadja Ténèn Mara, fervente militante du RPG/Arc-en-ciel, tire sa révérence à Dabola à l’âge de 98 ans


Hadja Ténèn Mara, connue sous le sobriquet, ‘’Double-Mara’’, est décédée dans la matinée du lundi, 18 avril 2016, aux environs de 10 heures TU, à l’Hôpital préfectoral, quartier Dabolakörö, Commune Urbaine (CU) de Dabola, rapporte le correspondant de l’AGP dans la préfecture.





Morte des suites d’une hypertension artérielle, ‘’Double-Mara’’, originaire de la sous-préfecture de Bissikirima, a commencé le militantisme en faveur du Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG) au début des années 1992. Ainsi, elle s’est sacrifiée, corps et âme, pour la cause de ce parti politique.





Fodéba Kanté, ancien secrétaire général du RPG à Dabola se souvient de Hadja Ténèn, sa camarade de lutte :





«C’était une vraie militante du RPG. Durant son combat, elle n’a jamais cédé aux provocations malgré les situations politiques. Depuis que j’ai fait sa connaissance, je n’ai pas eu connaissance de sa maladie, à plus forte raison son hospitalisation. Bref, elle était très généreuse, accueillante et ouverte à tout le monde. Nous prions pour le repos éternel de son âme…».





Aux dires de Fodéba Kanté, le chef de l’Etat, Pr. Alpha Condé a promis d’envoyer une mission, vendredi, 22 avril 2016, pour les condoléances d’usage.





Par sa bravoure, sa détermination en faveur du RPG, Hadja Ténèn Mara a toujours été considérée par le président Alpha Condé comme sa maman.





A noter, que ‘’la célèbre Double-Mara’’, ancienne danseuse du rythme ‘’Boundjany’’, a été inhumée lundi, 18 avril, dans son Dabola natal.





Toute l’équipe de la rédaction de l’AGP présente à la famille éplorée et au RPG, ses condoléances les plus attristées. Que le Tout-puissant Allah lui accorde sa grâce éternelle. Amen !

 
Les chefs d’Etat guinéen et sénégalais réaffirment leur ‘’ferme’’ détermination à capitaliser les liens historiques unissant leurs deux peuples


Conakry, 18 déc (AGP)- Suite à la visite d’amitié et de travail qu’a effectué le président de la République du Sénégal en République de Guinée, du dimanche, 16 au lundi, 17 décembre, les deux chefs de l’Etat, Macky Sall et Alpha Condé ont, à travers un communiqué conjoint transmis par le Bureau de Presse de la Présidence de la République, réaffirmé leur ‘’ferme’’ détermination à capitaliser les liens historiques unissant leurs deux peuples.
Voici l’intégralité dudit communiqué :

Dans le cadre du raffermissement des relations de fraternité, d’amitié, de coopération et de bon voisinage entre la République du Sénégal et la République de Guinée, Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République du Sénégal, à la tête d’une importante délégation, a effectué une visite d’amitié et de travail en République de Guinée, du dimanche 16 au lundi 17 décembre 2012.

Au cours de cette visite, les deux Présidents ont eu des entretiens fructueux, marqués par une parfaite identité de vues sur toutes les questions abordées.

Au plan bilatéral, Leurs Excellences Monsieur Macky SALL et Professeur Alpha CONDE ont réaffirmé leur ferme détermination à capitaliser les liens historiques unissant les deux peuples.

Ils ont convenu de mener des consultations sur les questions de politique sous-régionale, régionale et internationale, en vue de faire de l’axe Conakry-Dakar un modèle de partenariat dynamique. Ils ont instruit les deux Ministres en charge des Affaires Etrangères d’élaborer un mécanisme approprié à cet effet.

Son Excellence Monsieur Macky SALL a informé son homologue guinéen de la décision du Sénégal de présenter sa candidature à un poste de membre non permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU pour la période 2014-2015, lors des élections prévues en 2013, durant la 68ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Les deux Chefs d’Etat ont mis un accent particulier sur la relance des activités de la Grande Commission Mixte de Coopération dont la 6ème session se tiendra à Conakry durant le 1er trimestre 2013.

Ils ont insisté sur l’impérieuse nécessité de réaliser des infrastructures d’intégration, notamment dans les domaines de l’énergie hydroélectrique, de l’hydraulique, des mines, de l’agriculture, des routes, des transports et des télécommunications.

Les deux Chefs d’Etat ont, à ce sujet, décidé d’œuvrer ensemble à la recherche et à la mobilisation de ressources financières pour des projets prioritaires d’intérêt commun, en particulier dans le domaine de l’énergie et des routes.

Les deux Présidents ont convenu de développer la coopération entre la République de Guinée et la République du Sénégal dans le domaine de l’organisation des marchés agricoles.

Les deux Chefs d’Etat se sont engagés à intensifier les échanges culturels entre les deux pays en vue de valoriser et protéger leur riche patrimoine. A cet effet, ils ont instruit les deux Ministres en charge de la culture de prendre toutes les dispositions pour finaliser, dans les meilleurs délais, le protocole d’Accord en cours de négociation.

Les deux dirigeants ont exprimé leur volonté de raffermir davantage la coopération entre leurs deux pays dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la formation technique et professionnelle. A cet égard, le Président Macky SALL a répondu favorablement au souhait de Son Homologue de voir les étudiants guinéens au Sénégal bénéficier des mêmes droits d’inscription que les étudiants sénégalais.

La partie guinéenne a exprimé le souhait de pouvoir disposer d’un quota pour la formation de magistrats guinéens au Centre de Formation Judiciaire du Sénégal. La partie sénégalaise a marqué son accord et les modalités de mise en œuvre seront définies à la suite de consultations entre les départements ministériels compétents des deux pays.

Soucieux de préserver la paix, la stabilité et le bon voisinage, les deux Chefs d’Etat ont appelé au renforcement de la coopération entre les forces de défense et de sécurité des deux pays, particulièrement entre les services de renseignements, afin de lutter contre le terrorisme, la criminalité transfrontalière, le trafic de drogue et de personnes, la piraterie en mer, ainsi que la circulation illicite des armes légères et de petit calibre. Dans cette perspective, la coopération concernera aussi les services de douanes et la surveillance des frontières, y compris par le moyen de patrouilles mixtes.

Convaincus que l’intégration économique est l’un des piliers essentiels du développement durable de nos pays, les deux Chefs d’Etat ont réaffirmé leur adhésion aux principes et objectifs de l’Union Africaine, de la CEDEAO et des autres organisations sous-régionales communes, notamment celles concernant la mise en valeur des bassins fluviaux du Sénégal (OMVS) et de la Gambie (OMVG).

Les deux Chefs d’Etat ont également réitéré leur soutien total aux efforts de l’Union Africaine et de la CEDEAO pour la résolution rapide et durable des crises qui secouent le continent africain, notamment au Mali, en Guinée-Bissau et en République Démocratique du Congo.

Dans cette optique, les deux Chefs d’Etat se sont résolument engagés en faveur de la préservation de l’intégrité territoriale des pays et pour une tolérance zéro pour toutes formes de prise de pouvoir anticonstitutionnelle.

S’agissant du Mali, les deux Chefs d’Etat ont condamné l’ingérence de l’armée dans le processus de transition et ont exhorté la CEDEAO, l’Union Africaine et la Communauté internationale à prendre les mesures idoines pour protéger les institutions de transition de ce pays contre toutes formes de déstabilisation, assurer la sauvegarde de l’intégrité territoriale et le retour rapide à un ordre constitutionnel normal.

En ce qui concerne la Guinée-Bissau, les deux Chefs d’Etat ont invité la mission conjointe CEDEAO-Union Africaine- Communauté des Pays de Langue portugaise (CPLP)-Union Européenne-Nations Unies à poursuivre ses efforts pour une solution durable de la crise.

Les deux Chefs d’Etat ont échangé sur la situation politique et socioéconomique de leurs pays respectifs et lancé un appel à la Communauté internationale pour un soutien accru à leurs efforts de développement.

Ils se sont réjouis des progrès enregistrés dans le cadre de la promotion de la bonne gouvernance et exprimé leur volonté d’intensifier leurs efforts dans ce domaine, notamment par des échanges d’expériences et de bonnes pratiques.

Au terme de sa visite, Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République du Sénégal, a exprimé sa profonde gratitude à l’endroit du peuple et du gouvernement guinéens et singulièrement à Son Frère et Ami, Son Excellence Professeur Alpha CONDE, Président de la République de Guinée, pour l’accueil chaleureux et l’hospitalité généreuse qui ont été réservés à sa délégation et à lui-même.

Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République du Sénégal, a adressé une invitation à Son Excellence Professeur Alpha CONDE, Président de la République de Guinée, pour effectuer une visite officielle en République du Sénégal.

Son Excellence Professeur Alpha CONDE a accepté avec plaisir cette aimable invitation et la date en sera fixée par la voie diplomatique.

Fait à Conakry, le 17 décembre 2012.

Pour la République de Guinée, Pour la République du Sénégal
SEM Lounceny FALL, SEM Mankeur NDIAYE
Ministre d’Etat Chargé des Affaires Ministre des Affaires Etrangères et des Etrangères et des Guinéens de l’Etranger et des Sénégalais de l’Extérieur
AGP/18/12/012 ST/FDF/ST

 
Publireportage: Internet Choc!


 
Coupe du monde : Jeudi, 27 juin- L’Algérie retrouve les 8è de finale de son histoire après son match nul contre la Russie (1-1)


L'Algérie jouera les huitièmes de finale de la Coupe du monde contre l’Allemagne grâce à leur match nul face à la Russie (1-1). Les Russes avaient pourtant ouvert le score très tôt dans la rencontre.

Avec une bonne position de ce groupe H, l’Algérie n’avait besoin que d’un match nul minimum face à la Russie ce jeudi pour les 8ème de finale.

Le match avait pourtant mal commencé pour les algériens car, les russes ont profité de la blessure de Fghouli au moment où les soigneurs s’occupaient de lui, pour ouvrir le score d’une superbe tête de Kokorin dans la lucarne gauche (0-1,6è).

Les algériens conscients de leur situation pour ce troisième match, ont obligé les russes à des offensives au niveau du milieu du terrain tout en se montrant très dangereux.

C’est finalement sur un coup franc tiré par Brahimi que Slimani s’imposait encore dans les airs pour marquer de la tète, profitant de la sortie manquée d’Akinfeey (1-1,60è).

Avec ce score, les algériens retrouvent pour la première fois les 8è de finale d’une coupe du monde de football de son histoire.

AGP/27/06/014 MKC/JPO/ST

 
Ceci est un est un document du Comité d’audit transmis par le Bureau de Presse de la Présidence
SYNTHESE DE RAPPORT D’AUDIT
A : Son Excellence Monsieur le Président de la République










____________________________________________________________

Excellence Monsieur le Président, le 26 mars 2012, le Comité d’Audit a eu l’honneur d’être saisi par votre Haute Autorité, à l’effet de faire la lumière sur la note d’information que vous avez reçue le 23 mars 2012, relative à un scandale économique qui aurait été opéré à la Direction Nationale des Infrastructures et Equipements du Ministère de la Jeunesse et des Sports. A cet effet, le Comité d’Audit a effectué une série de mission de visite des sites dans les régions ci-dessous désignées pour contrôler la conformité des informations de cette note à la réalité sur le terrain. Les régions visitées sont les suivantes :
1) Moyenne Guinée, le 28 avril 2012, la mission du Comité d’Audit s’est rendue à Mamou précisément au Stade Régional où elle a constaté l’existence d’infrastructures réalisées par l’Entreprise dénommée, Alliance Guinéenne d’Entreprise.
La note d’information indique un investissement de 25.445.865.215 GNF. Alors que le rapport de la Direction Nationale des Infrastructures et de l’Equipement, affirme dans son rapport qu’il y a eu un investissement de 18.461.336.918 GNF. Après les différents constats, il s’avère, selon notre estimation, que l’investissement constaté ne dépasse pas 1 milliard de francs guinéens avec une qualité non conforme aux normes architecturales. Après Mamou la mission s’est rendue à Pita du 25 au 28 avril 2012, pour l’évaluation de la maison des jeunes de cette localité, estimée selon la note d’information à 3.065.483.975 GNF. Mais là, elle n’a vu aucun chantier en cours.
2) Haute Guinée. Après la Moyenne Guinée, la mission s’est rendue en Haute Guinée du 13 au 16 mai 2012, particulièrement à Faranah pour visiter les travaux de construction du Stade Régional de cette localité, qui devaient être réalisés par l’Entreprise Mayi et Frères. Là, elle a fait des constats et reçu des informations qui ont révélé que les derniers travaux ont été réalisés en 1992 et n’ont pas été achevés. Depuis lors, les travaux sont arrêtés. La note d’information nous indique un investissement de 45.886.510.246 GNF. Le rapport de la Directrice Nationale n’a pas indiqué le montant payé. Ensuite, toujours en Haute Guinée, la mission s’est rendue à Kankan du 24 au 28 mai, notamment au Stade Régional où elle n’a constaté aucun travail. Alors que la note d’information indique 28.600.000.000 GNF d’investissement. Après le Stade Régional, la mission s’est rendue à la maison des jeunes de Kankan où elle n’a constaté aucun chantier en cours d’exécution par l’Entreprise ENGECO.
Il faut noter que la note d’information indique 972.226.000 GNF d’investissement. Tandis que, le rapport de la Directrice Nationale, indique le paiement du montant de 875.003.400 GNF. Le 28 mai 2012, la mission s’est rendue à Dabola, pour constater les travaux réalisés sur les aires de jeu des sports de main. Selon les informations recueillies, il n’y a que deux terrains de Basket-ball en ruine et aucun chantier d’une entreprise n’est en cours. Alors que la note d’information indique un investissement de 351.667.400 GNF.
3) Guinée Forestière, du 19 au 23 mai 2012. La mission s’est rendue à N’Zérékoré pour constater les travaux réalisés au Stade du 3 avril de cette ville par l’Entreprise GUICOPRES portant sur un marché de 19.457.119.530 GNF. A ce jour, 15.879.258.232 GNF ont été déjà payés à l’Entreprise, alors que les travaux constatés laissent à désirer (voir note n° 2012/NT/021/PRG/CA du 04 avril 2012). Il faut préciser qu’il s’agit d’un contrat de 2007 non concerné par le gel des marchés publics de 2009 et 2010. Après le Stade du 3 avril de N’Zérékoré, la mission s’est rendue à la maison des jeunes de N’Zérékoré réalisée par l’Entreprise ECBPSK Sarl. Là, la mission a été informée que ce chantier fini le 20 janvier 2012, a été remis officiellement le 20 mars 2012. La mission a constaté la mauvaise qualité de la réalisation pour un montant, selon la note d’information, de 3.579.263.563 GNF d’investissement. La Direction Nationale soutient qu’il y a eu 1.073.779.065 GNF payés.
A l’étape de Lola le 23 mai 2012, il n’a pas été révélé à la mission le nom de l’Entreprise qui a effectué la construction du Stade Préfectoral de Lola. Néanmoins, les informations reçues indiquent que les travaux ont été financés par la SMFG/Mont Nimba et qu’ils ont pris fin le 26 avril 2012, sans remise officielle. La note d’information indique pour ce chantier, un investissement de 20.890.037.000 GNF. Le rapport de la Direction Nationale informe que ce marché est en négociation. La mission est arrivée à Beyla le 24 mai 2012, pour constater qu’il n’y a eu aucun travail réalisé par l’Entreprise TED-AFRIC. La note d’information indique un investissement de 999.989.690 GNF. Le rapport de la Direction Nationale indique le paiement d’un montant de 776.000.000 GNF.
4) La Basse Guinée. En basse Guinée, la mission s’est rendue à Kindia du 28 au 30 mai 2012 et a visité le Stade de Kindia, réalisé par l’Entreprise Mayi et Frères. Après les différents constats, il s’avère, selon notre estimation, que l’investissement constaté ne dépasse pas 1 milliard de francs guinéens. Des informations reçues, il ressort que les travaux ont démarré en 2009 et ont été arrêtés en septembre 2011. Apparemment les travaux débutés sont de bonne qualité. La note d’information indique 12.350.802.775 GNF d’investissement. Tandis que la Directrice Nationale précise dans son rapport le paiement de la somme de 11.606.514.192 GNF.
Les contrats de Kondeyah, de Kamsar, du Stade du 28 septembre, salle d’Escrime à Nongo, Maison des jeunes de Tougnifily, Maison des jeunes de Sanoyah, et les chantiers de Koba Totema, Coleyah Cité, Koba Bassengué, Commandayah, Gbessia Cité, sont en cours d’inspection par la mission et feront l’objet de rapports précis qui viendront compléter le présent.
A la lumière des premiers constats suite aux investigations menées, le Comité d’Audit évalue au montant de 48.671.891.807 GNF comme manque à gagner de l’Etat guinéen pour les travaux financés non réalisés et pour des engagements financiers contractuels pour un montant de 251.528.957.350 GNF. Des investigations plus approfondies permettront d’établir la responsabilité de toutes les personnes dans ces opérations qui frisent le détournement de deniers publics au préjudice de l’Etat. Par ailleurs, il est curieux de constater que les institutions qui étaient à l’orée de ce contrat aujourd’hui compromis se retrouvent pour faire de nouvelles propositions et autres avenants comme si elles ignoraient tous les vices qui entachent la régularité et la sincérité des marchés indexés. Il est étonnant de constater que ces institutions font semblant d’ignorer tous les soucis liés à ces différentes affaires alors que la continuité du service public est une règle d’or de la gestion administrative. Du reste, ce comportement qui à notre avis est prémédité, favorise tous les maux qui gangrènent aujourd’hui la gouvernance économique de notre pays. Tout semble indiquer, que les contrôleurs, premiers responsables de la gestion du pays ne veulent pas être contrôlés. En tout état de cause, la complicité entre les contrôleurs et les contrôlés ne fait l’ombre d’aucun doute.
Pour conclure, l’ensemble de ces constats nous amènent à vous faire des propositions suivantes :
- Auditionner les premiers responsables de la gestion calamiteuse des périodes incriminées que sont les contrôleurs qui, bien qu’ayant constaté les anomalies, se sont impliqués comme fonctionnaires indélicats dans les malversations de toutes sortes qui sont à la base du sous-développement et toute injustice sociale qui font tant de mal aux populations de notre pays. En effet, quand les contrôleurs acceptent des largesses, les contrôlés ne sont que de comparses ou des boucs émissaires qu’on livre à la vindicte populaire. La racine du mal de la mauvaise gouvernance sont les contrôleurs. A ces contrôleurs il faut ajouter, les bureaux d’études chargés de la surveillance et de la supervision des contrats des marchés publics qui se rendent complices des détournements opérés par leur rapport de certification dans le seul but d’encaisser frauduleusement des pourcentages indus.
- Le deuxième fléau qui gangrène la gouvernance économique de notre pays est l’impunité. L’effectivité des sanctions est nécessaire et même salvatrice pour éviter la commission et la récidive des infractions. Ce n’est pas la gravité des peines qui importe mais leur effectivité.
- Au nombre des acteurs de la mal gouvernance comme dit plus haut, il faut citer les cabinets d’études « indépendants » dont les rapports servent au décaissement de sommes faramineuses et qui doivent être poursuivis, afin que l’Etat récupère les pourcentages qu’ils ont reçus dans les faux marchés dans lesquels leur complicité est notoire.

Conakry, le 06 Juin 2012
Le Comité d’Audit

Transmis par le Bureau de Presse de la Présidence

Contact : 64-87-96-59
68181557

moussa.cisse@presidence.gov.gn
aboumaco2000@yahoo.fr
abdoulaye.sankara@presidence.gov.gn

 
Tenue d’un atelier de restitution des résultats sur les expériences en matière de lutte pour l’abandon des MGF/E


Conakry, 14 fév (AGP)- Un atelier national de restitution des résultats du voyage d’études en République Islamique de la Mauritanie sur les échanges d’expériences en matière d’élaboration de la Fatwa (engagement des religieux) sur l’excision, s’est tenu du 10 au 11 février au palais du peuple à Conakry.

Organisé par le Ministère des Affaires Sociales, de la Promotion Féminine et de l’Enfance (MASPFE) en collaboration avec le Secrétariat Général des Affaires Religieuses (SGAR) et un appui de l’UNFPA et de l’Unicef, cet atelier vise à faire connaître la déclaration des professionnels de santé sur les conséquences des MGF à l’image de la Mauritanie, un pays hautement islamique, à vulgariser le document de la Fatwa et d’autres documents de voyage afin de mettre en place, un réseau national des religieux favorable à l’accélération de l’abandon de l’excision, a précisé la coordinatrice dudit projet, Mme Diaby Fatoumata Diaraye.

Ce présent atelier a regroupé 70 participants parmi lesquels les religieux de toutes confessions confondues, les ONG religieuses, les partenaires techniques et financiers évoluant dans le domaine des Mutilations Génitales Féminines/Excision (MGF/E).

Pendant ces deux jours, deux communications ont été faites l’un sur la restitution des résultats du voyage d’études effectué du 8 au 15 octobre 2010 à Nouakchott sur les expériences en matière de lutte pour l’abandon des MGF/E qui a mis l’accent sur la prévalence de la pratique dans le pays (72%), les dimensions socioculturelles qui sous tendent la pratique et les stratégies de lutte à travers le processus d’élaboration de la ‘’fatwa’’ pour infléchir la tendance.

L’autre communication a été orientée sur l’analyse de l’excision à travers les textes religieux musulmans. Celle-ci, a démontré que l’excision n’est pas une prescription coranique mais, figure dans quelques hadiths (parole du Prophète Mohamed, paix et salut sur lui).

Après débats, les fidèles musulmans présents à l’atelier ont affirmé leur engagement pour l’abandon de ‘’l’excision pharaonique’’ tout en restant favorables à la médicalisation de cette pratique.

Après plusieurs contradictions sur la perception religieuse de l’excision et l’élaboration du processus de la ‘’fatwa’’ en Guinée à travers la constitution du réseau des religieux de Guinée, les participants ont abouti : à des recommandations notamment, l’élaboration de la ‘’fatwa guinéenne’’ en tenant compte des réalités du pays, l’organisation des journées de réflexion regroupant les leaders religieux et les professionnels de la Santé en vue d’harmoniser leurs points de vue sur les conséquences médicales de l’excision et la mise en place au cours de ces journées de réflexion, d’un réseau des leaders religieux de promotion de l’abandon des MGF/E.

Le secrétaire général du MASPFE, El hadj Mouctar Diallo a indiqué que cet atelier du donner et de recevoir a permis d’échanger ‘’fructueusement’’ sur les expériences qui sont en cours en Mauritanie dont entre autres, les stratégies de lutte pour la réduction du taux de prévalence nationale qui est de 72%, les structures de mise en œuvre des actions de lutte contre la pratique des MGF ainsi que les relations partenariales entre les acteurs du domaine.

Il a rassuré les participants de la disponibilité du gouvernement à travers son département à appuyer les conclusions et recommandations issues des travaux dudit atelier.

Il a également saisi l’occasion pour saluer la collaboration du ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique (MSHP), du SGAR qui sont, dit-il, des piliers importants pour opérer une transformation sociale positive au niveau des MGF/E.

Le secrétaire général s’est réjoui du rôle joué par des partenaires au développement dont, l’UNFPA et l’Unicef pour leur appui constant en faveur des femmes et des enfants de Guinée.
AGP/14/2/011 MFD/ST

 
Afrique/ Des journalistes d’Agences de presse outillés en techniques de ‘’Visibilité dans les moteurs de recherche’’


Rabat (Maroc), 21 avril (AGP)- Dix-sept (17) journalistes, venus des Agences de presse africaines sont depuis lundi, 20 avril 2015, en formation sur ‘’le Journalisme web’’ à Rabat au Maroc, rapporte l’envoyé spécial de l’AGP.

Pour le compte de la journée de mardi, 21 avril, ils ont été outillés en technique de création de site web, fait la connaissance de l‘’historique et le fonctionnement des moteurs de recherche, l’Optimisation pour les Moteurs de Recherche ou Search Engine Optimisation (SEO), l’acquisition du vocabulaire du ‘’référenceur’’ chargé du référencement), la démarche SEO et les quatre (04) axes d’optimisation de référencement naturel.

Il a été aussi question d’apprendre comment créer un lien entre son site, les moteurs de recherche et d’autres sites web pour une large visibilité.

Des sous thèmes qui ont suscité plusieurs questions de compréhension chez les journalistes participants.

A rappeler, que cet atelier de formation, organisé par la Fédération Atlantique des Agences de Presse Africaines (FAAPA) en collaboration avec l’Agence Marocaine de Presse (MAP), a pour objectif, de permettre aux participants de comprendre les contraintes de l’écriture pour le web, maitriser les techniques de SEO, identifier les opportunités de fidélisation et de développement de la visibilité sur le web grâce aux médias sociaux (twitter, Facebook…).

Les travaux se poursuivent au Centre Africain de Formation pour les Journalistes (CAFJ) dans les installations de l’Agence Marocaine de Presse (MAP), à Rabat au Maroc.
AGP/21/04/015 ST

 
PAHK/‘’Les travaux de construction des trois sous-stations exécutés à 80%’’, a affirmé le DG du projet


Conakry, 1er août (AGP)- Le Directeur général du Projet d’Aménagement Hydroélectrique de Kaléta (PAHK), Cheick Taliby Sylla a affirmé, jeudi, 31 juillet, que l’état d’avancement des travaux de construction des sous-stations de Manéah dans la préfecture de Coyah, Matoto et Tombo à Conakry, sont à ce jour exécutés à 80%.

Le DG du PAHK, qui a fait affirmation au cours d’une visite de terrain, a en outre précisé, que ‘’d’ici la fin du mois de décembre 2014, tous les travaux seront achevés, ajoutant qu’à partir du mois de mars 2015, que les premiers essais pour l’alimentation en courant électrique de la Centrale de Kassia (Kaléta) vers la sous-préfecture de Manéah seront envisagés’’.

Le DGA du PAHK, El hadj Lansana Fofana a, quant à lui, saisi l’occasion pour informer l’opinion nationale, que le PAHK a envisagé d’apporter un plus dans son fonctionnement, par l’introduction de la fibre optique et internet, pour la régulation du réseau électrique dans le pays, à travers un système électronique d’autorégulation.

De son côté, le directeur général de la société China Water Electrique International Corporation (CWE), Zhang Rujun s’est félicité de la Coopération sino-guinéenne, qu’il a qualifié de ‘’joli modèle de la coopération sud-sud’’.
AGP/1er/08/014 MC/ST

 
L’ex-recteur de l’Université de Conakry, ex-ambassadeur de Guinée en France, et ex-président de l’AN, Aboubacar Somparé n’est plus !


Conakry, 03 nov (AGP)- L’ex-recteur de l’Université de Conakry, ex-ambassadeur de Guinée en France, et ex-président de l’Assemblée Nationale (AN) de la République de Guinée, honorable Aboubacar Somparé, n’est plus !


L’Homme est décès jeudi, 02 novembre 2017, à Conakry, des suites de maladie à l’âge de 73 ans.


En cette douloureuse circonstance, le président de la République, Pr Alpha Condé adresse ses sincères condoléances à la famille éplorée, ainsi que celles du peuple et du gouvernement guinéens.


Que l’âme de l’honorable El hadj Aboubacar Somparé repose en paix. Amen !




 
" Nous ne devons pas nous impliquer dans la politique, notre mission est de cultiver l'entente et toujours préserver la paix pour une élection apaisée", dixit le gouverneur de Conakry


Conakry16 oct (AGP)- Le gouverneur de la Ville de Conakry, commandant Sékou Resko Camara a conféré vendredi, 15 octobre au gouvernorat avec les élus locaux et les sages de cinq communes de la capitale sur l'esplanade du gouvernorat pour les inviter à garder la neutralité dans le processus électoral afin d’éviter tout débordement avant, pendant et après le scrutin.

" Nous ne devons pas nous impliquer dans la politique, notre mission est de cultiver l'entente et toujours préserver la paix pour une élection apaisée", dira le gouverneur.

Il a invite les uns et les autres à la vigilance et surtout à présenter aux responsables du quartier, toute personne étrangère séjournant dans une famille.

Parlant de la circulation routière, le gouverneur de Conakry a ordonné que désormais, aucun camion remorques ne doit circuler pendant les heures de pointes.

Il a ajouté que tout contrevenant à ces nouvelles mesures, sera traduit devant une juridiction.
AGP/16/10/010 MYS/ST

 
Page Noire : El hadj Aly Bérété, secrétaire général des Affaires Religieuses de la RA de Faranah n’est plus !


Faranah, 23 jan (AGP)- La journée du lundi, 22 janvier 2018 a été marquée à Faranah, par le rappel à Dieu de El hadj Aly Bérété, secrétaire général des Affaires Religieuses de la Région Administrative (RA) de Faranah, décédé aux environs de 16 heures TU, à l'Hôpital de l’Amitié sino-guinéen de Conakry, des suites de maladie, rapporte l’AGP.


Dès l'annonce de la triste nouvelle, parents, amis et collaborateurs, se sont mobilisés dans la famille du défunt. Actuellement tous sont en train de prendre des dispositions utiles pour la réception de la dépouille et son inhumation, dont le programme sera défini par les autorités supérieures depuis Conakry.


AGP/23/01/018 KSC/ST

 
Discours du président de la République à l’occasion de l’an 1 de son investiture à la magistrature suprême


Conakry, 21 déc (AGP)- Le président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé a tenu un discours radiotélévisé mardi, 20 décembre, adressé à la Nation guinéenne, à l’occasion de l’an 1 de son investiture à la magistrature suprême de son pays, le 21 décembre 2011.

Dans ce discours, le chef de l’Etat a fait un bilan détaillé des 12 premiers mois de sa mandature de cinq ans. Bilan qui touche tous les secteurs de la vie de la nation.

Voici l’intégralité dudit discours :

Mesdames, Messieurs, chers compatriotes, chers invités, hôtes étrangers qui vivez parmi nous !

C’est un réel bonheur pour moi de vous recevoir cet après-midi pour partager ensemble ces quelques heures qui nous séparent du 1er anniversaire de l’investiture que le peuple de Guinée a bien voulu me confier.

Aujourd’hui, je veux exposer franchement et clairement où nous, en tant que pays, avons été, où nous sommes à présent, et où nous allons dans le futur.
La Guinée a connu 50 années difficiles. Dans ces moments d’épreuves, avec les jeunes et les femmes, nous nous sommes battus pour transformer notre présent en un futur de liberté et de prospérité.

Depuis une année donc, à travers des élections libres et transparentes, les guinéennes et guinéens ont institué un régime du peuple par le peuple et pour le peuple auquel ils aspiraient fortement, et pour lequel ils ont consenti de lourds sacrifices. Nous tenons ici à rappeler au peuple que ce pouvoir est le sien, cette victoire de la démocratie est la sienne. C’est le juste résultat de son combat.

L’année qui finit bientôt n’a pas été facile. Nous revenons de loin. Notre passé a été sombre et divisé. Notre avenir doit être comme une seule nation, un seul pays, partagé par tous pour le bénéfice de tous. Étape par étape vers une vie meilleure : telle est notre ambition. L’année 2011 a été meilleure que 2010. L’année 2012 doit être meilleure que 2011.

Pendant cette première année, il nous a fallu poser les fondations d’un véritable Etat de droit, d’une administration plus performante et du retour de notre pays sur la scène internationale.

Tout au long de cette année, nous avons du faire des choix difficiles et prendre des initiatives audacieuses. Le commencement du développement des infrastructures et de l’énergie, le nouveau code minier, la reforme de l’armée, et les nombreuses réformes structurelles entreprises étaient des préalables nécessaires au changement souhaité par les guinéennes et les guinéens.

Sans vous, qui avez su faire preuve de compréhension, de patience, d’abnégation et de patriotisme, rien de tout cela n’aurait été possible. Et nous n’aurions pas été en mesure de relever les nombreux défis auxquels nous sommes confrontés. Je vous ai promis le changement.

Avec votre soutien, je créerai les conditions d’une vie décente pour tous, sans discrimination aucune. Et, surtout je donnerai l’espoir que nos fils et filles vivront mieux que nous dans une Guinée réconciliée avec elle-même, avec son histoire, une Guinée prospère et solidaire.

L’année 2011 a donc été une année d’efforts, de travail incessant et de mutations. A l’image de la préparation d’un champ, nous avons réussi durant les 12 mois derniers, à défricher, labourer et semer les graines qui annoncent d’abondantes moissons.

En cette fin d’année, les premières pousses sortent de terre. Déjà, notre situation financière et macroéconomique s’est notablement améliorée.

En effet, le 23 novembre dernier, la Banque Mondiale et le FMI nous ont félicités pour le respect de nos engagements, et des mesures que nous avons prises pour le redressement de notre économie. Le labeur et les difficultés n’ont pas été vains. Des résultats qui augurent d’un lendemain meilleur ont été atteints :

-le déficit budgétaire qui était de 13% a été ramené à 2%,

-à notre arrivée, les réserves en devises, de la Banque Centrale, couvraient à peine 8 jours d’importation, aujourd’hui elles peuvent couvrir 5 à 6 mois d’importation,

-L’inflation a été stabilisée et le taux de croissance passe de 1.5% à environ 5%, dans les quatre prochaines années
-Les mesures d’incitation (mise à disposition des engrais et d’outillage agricole dont les tracteurs ainsi que l’encadrement technique des paysans) ont permis une augmentation de 8% de production en cours.

-Nous avons réintégré toutes les institutions financières internationales et nous espérons atteindre bientôt le point d’achèvement de l’initiative pour les Pays Pauvres Très Endettés (PPTE). Ce programme du FMI nous permettra de concrètement voir réduite notre dette de deux-tiers en effet. Cette dette de 3 milliards 100 millions de dollars sera réduite de 2 milliards 400 millions de dollars courant 2012.

Les transformations en cours et l’assainissement de l’environnement des affaires ont renouvelé la confiance de nos partenaires étrangers. Ils viennent de plus en plus nombreux en Guinée, motivés par les mesures prises contre la corruption et notre nouvelle politique de partenariat gagnant-gagnant.

Nos partenaires étrangers sont rassurés par nos initiatives de renforcement de la transparence dans l’octroi des marchés publics et ils ont apprécié la mise en place du Guichet Unique ainsi que la création de l’Agence pour la Promotion des Investissements (API). Grâce à nos réformes, les formalités liées à la création d’une entreprise en Guinée prennent aujourd’hui moins de 10 jours, alors qu’il en fallait deux mois par le passé.

Dans le secteur minier, un des piliers de notre économie, nous avons entamé une réforme de fond visant, d’une part, à accélérer le développement de nos mines, longtemps restées dormantes, et d’autre part à assurer des revenus plus importants pour l’ Etat, pour les entreprises et pour les populations.

Il s’agit de mieux défendre des intérêts de la Guinée en créant des conditions attractives pour les investisseurs. Il était important de revoir l’ensemble des contrats miniers.

J’ai commencé le travail d’assainissement par un diagnostic du secteur minier en associant tous les acteurs nationaux. Je me suis ensuite informé au niveau international pour identifier les meilleures pratiques qui existaient à travers le monde.

Nous sommes ainsi arrivés à un nouveau Code minier, qui constitue un compromis positif entre, d’un côté les intérêts légitimes du peuple de Guinée, véritable propriétaire des ressources et de l’autre côté nos partenaires que sont les sociétés minières. Nous pouvons être fiers d’avoir eu l’ambition, le courage et la détermination d’établir un code innovant, à la pointe des nouvelles normes d’équité, de développement durable et de transparence, qui déjà fait figure de référence pour d’autres pays miniers.

Grace à ce nouveau code, la Guinée va enfin être en mesure de mettre à profit les immenses ressources naturelles dont nous disposons.

Les dizaines de milliards de dollars, qui vont être investis en 10 ans vont propulser l’économie guinéenne à une toute autre échelle. Les retombées directes et indirectes de ces investissements miniers vont générer des milliers d’emplois, stimuler un important transfert de technologie et permettre une importante amélioration des conditions de vie des populations.

L’adoption du Code minier constitue la première étape d’un processus, qui comprend en second lieu la mise en place, étape par étape, d’un cadre précis de révision des contrats existants. Ce document appelé « due process », en anglais, vient d’être finalisé par nos équipes techniques.

Il permet de clarifier pour nos partenaires étrangers la méthodologie à travers laquelle chaque contrat sera analysé en conformité avec le nouveau code minier et dans le souci de protéger les investissements de nos partenaires tout en respectant et en garantissant les droits et les responsabilités de part et d’autre.

Plus que les mines, le développement des infrastructures et de l’énergie apportera des changements visibles dans la vie des Guinéennes et Guinéens et assurera une évolution durable de notre économie.

Ces énormes projets de construction de routes, de chemins de fer, d’usines de transformations qui accompagnent naturellement des activités minières vont engendrer des milliers d’emploi qualifiés et bien rémunérés. Nous pouvons d’ores et déjà citer :

-La construction du chemin de fer « trans-guinéen », qui permettra de relier Conakry à Bamako par le train en augmentant considérablement la quantité des échanges tout en réduisant leurs coûts.

-L’agrandissement et la modernisation des ports de Conakry et de Kamsar vont nous doter de ports modernes d’une capacité nous permettant de devenir le leader sous régional et les partenaires privilégiés de nos voisins.

-La construction des Ports de Matakan et de Benty va assurer l’exportation de nos minerais par les bateaux de 300.000 tonnes, et nous permettre aussi d’être très compétitifs face à la concurrence d’autres pays miniers.

Je sais combien le problème de l’électricité n’épargne personne en Guinée. Pas plus tard qu’il y a deux semaines une coupure est survenue au Palais du peuple alors même que je m’adressais à la jeunesse. Les jeunes, réunis à l’occasion du salon de l’emploi, n’ont pas manqué de me rappeler qu’ils comptent personnellement sur moi, et qu’ils ne souhaitent par exemple plus devoir préparer les examens à la lumière des lampadaires autour de l’aéroport parce que leur famille n’as pas d’électricité à la maison.

Cette situation dure depuis trop longtemps et n’est plus acceptable. Bientôt les améliorations seront visibles. Vous avez été nombreux à suivre l’arrivée des groupes thermiques. 125 mégawatts supplémentaires suivent et vont permettre d’améliorer la desserte en électricité des foyers de la Ville de Conakry d’ici en 2012.Cela signifie que les populations de Conakry auront de l'électricité à plus de 16 heures par jour.

Pour vraiment remédier au problème, il nous faut faire un travail de fond, acquérir de nouvelles capacités tout en améliorant les réseaux de distribution.

Je sais que cela prend du temps, mais c’est le temps de bien faire. Plus de solutions bâclées, qui ne durent que le temps d’une campagne électorale ! Dans ce domaine comme dans d’autres, l’aléatoire et le bricolage peuvent être pire que le manque. Nous méritons de vraies alternatives économiques et écologiques, telles que des énergies propres.

La solution définitive du problème d’électricité dans notre pays se trouve dans la construction de barrages hydroélectriques. Les travaux de Kaléta ont déjà démarré par la construction de la route d’accès. Nous avons nous même financé le lancement des études et des travaux qui seront réalisés par une des plus grandes entreprises spécialisées de la Chine.

Je peux aujourd’hui vous annoncer qu’après des décennies de faux départs et d’annulations, le barrage de Fomi va enfin être réalisé et que le financement a été obtenu grâce au dynamisme et à la mobilisation des jeunes issus de la diaspora guinéenne en Europe et en Amérique du Nord.

Le premier ministre se rend dans la semaine en Haute Guinée pour inaugurer la mise en place de système d’éclairage solaire dans les rues de Kankan et va officiellement annoncer aux autorités locales le démarrage des travaux de Fomi pour janvier 2012.

Les études des mini-barrages de Zegbéla, Mongo et Foutah sont elles aussi en cours. Pour Souapiti et Amariya, situés sur le fleuve Konkouré comme Kaléta, la recherche de financement est engagée.

Tous ces grands travaux doivent s’accompagner d’une nouvelle culture de travail, axée sur des résultats. J’ai demandé aux Ministres concernés de s’assurer que les entreprises qui exécutent les travaux maintiennent leurs équipes 24h/24 en roulement 3 fois 8. Par exemple l’Echangeur du pont 8 novembre et la route Kissosso/Dabompa doivent se réaliser dans les meilleurs délais sans en sacrifier la qualité.

Notre ambition de jeter les bases d’une vraie démocratie suppose aussi la reforme du secteur de défense et de sécurité, que j’ai résolument entamée dès mon investiture. Je dois saluer nos forces armées, qui ont partagé cette vision républicaine et accepté toutes les mesures de cette grande réorganisation. Aujourd’hui, l’armée est dans les casernes, mobilisée et motivée pour la professionnalisation et la modernisation de ses forces.

Mon projet est de renouer avec la tradition d’une armée guinéenne, qui faisait la fierté de l’Afrique. Je souhaite d’une part lui donner les moyens d’être une armée véritablement républicaine capable d’assumer sa fonction traditionnelle de défense de l’intégrité du territoire. Et d’autre part, je souhaite la voir aller plus loin en s’impliquant aussi dans le développement économique et social du pays.

Déjà, l’armée est fortement impliquée, à travers le Bataillon du Génie Militaire, dans la réalisation des routes et la construction de diverses infrastructures telle que la route d’accès au site du barrage hydroélectrique de Kaleta.

Le recensement biométrique en cours va favoriser le suivi de la formation à la retraite de chaque soldat et de chaque officier. Désormais, chaque avancement en grade doit correspondre au préalable une exigence de formation.

Le départ à la retraite de 4.200 éléments se fera avec un plan d’accompagnement pour chaque homme. La fin de service dans l’armée comme dans la fonction publique en général doit bientôt être perçue comme une nouvelle opportunité et non comme un désespoir.

Dans quelques jours, nous serons en 2012. 2012 sera pour la Guinée, l’année de la floraison et l’année de la transformation. C’est au cours de cette année 2012 que nous sentirons tous, de façon tangible, une amélioration progressive de notre mode de vie. C’est en effet en 2012 que nous moissonnerons les récoltes semées en 2011.
Toutes ces réalisations que je viens d’énumérer, et j’en ai laissé beaucoup, ne constituent que les premières et fragiles germinations. Elles sont fragiles. Elles ont besoin de notre attention. Nous devons les entretenir, les arroser et les multiplier pour avoir un bon champ et une belle récolte.

Je connaissais les difficultés de la tâche, mais ce que j’ai trouvé est pire que ce que j’avais imaginé. Notre pays, la société, l’économie et l’Etat étaient en agonie. Notre pays était blessé et malade. Donc je continuerai à demander des efforts pour que les récoltes à venir soient à la hauteur des graines germées.

Pour autant nous ne devons pas relâcher nos efforts. De nouveaux chantiers nous attendent et trois priorités se dégagent:

-Renforcer l’unité nationale,
-Changer et améliorer la vie quotidienne des populations,
-Transformer l’économie et attirer les investissements internationaux.

Pour renforcer l’unité nationale, je veillerai personnellement à la poursuite du dialogue politique multipartite que j’ai initié en recevant les leaders politiques le 15 novembre dernier.

Le dialogue politique tourne autour de la préparation et de l’organisation des élections législatives 2012. Comme je l’ai dit aux leaders des partis politiques, ma position m’oblige à rester au dessus de la mêlée, mais conformément à leur demande explicite, je veille à la bonne marche du dialogue et j’encourage les parties prenantes à l’écoute et au compromis indispensables pour trouver un accord.

Je souhaite, avec l’ensemble des guinéennes et guinéens, que les élections législatives se tiennent le plus rapidement possible en 2012. Et comme je l’ai déjà dit, sur la base d’un chronogramme consensuel prenant en compte le point de vue de toutes les parties impliquées.

Le renforcement de l’unité nationale passe par la réussite du processus de réconciliation nationale. Ce processus est difficile, mais indispensable pour la cohésion de notre nation et pour la construction de sa mémoire historique.

La Commission provisoire chargée de la réconciliation nationale, qui a été mise en place, co-présidée par l’Archevêque et l’Imam de la Grande Mosquée de Conakry, a tenu une rencontre le 15 décembre dernier.

Les deux vénérables religieux ont installé des groupes de dialogue dans toutes les préfectures et ont débuté leur collaboration avec des experts nationaux et internationaux pour guider et accompagner nos efforts. Leurs premières observations nous donnent l’espoir que nous sommes sur un bon chemin et la réconciliation dans notre pays est non seulement possible mais en route.

Je crois profondément que le changement tant attendu, pour être concret, doit se manifester et s’ancrer dans la vie quotidienne des guinéennes et des guinéens.

Par delà l’amélioration de la desserte en eau et en électricité, en plus de la construction de routes et de ponts ; d’autres secteurs clés doivent être davantage pris en compte durant l’année à venir : inclus l’agriculture et la mise en avant les femmes et les jeunes.

Mon but fondamental pour la Guinée est la souveraineté alimentaire. Nous devons, encore une fois, apprendre à produire ce que nous consommons et à consommer ce que nous produisons.

Le développement agricole est notre meilleur outil de lutte contre la pauvreté. Nous sommes un pays majoritairement agricole. 70% d’entre nous vivent du travail de la terre. Nous disposons de 6 millions d’hectares de terres cultivables, dont nous n’utilisons que 10%, tandis que nous importons le riz et les autres denrées, qui constituent l’essentiel de notre alimentation. Accroitre notre potentiel agricole nous permettra d ‘atteindre un triple objectif :

-Assurer la sécurité alimentaire de chaque famille
-Rééquilibrer notre balance commerciale en exportant plus que nous importons
-Devenir un des greniers du monde dans un contexte international où la nourriture devient un enjeu crucial

Dans un pays où 70% de la population à moins de 30 ans, les jeunes sont les premiers artisans du développement. D’autre part les femmes, qui traditionnellement sont le pilier de leur foyer, ont prouvé leur capacité d’entreprendre et d’assurer la redistribution de leurs revenus pour le bien-être de la communauté.

C’est pourquoi j’avais mis en place le Fonds de solidarité des femmes et le Fonds de solidarité des jeunes. Pour pérenniser ces différents fonds, une Agence nationale pour la micro finance a été créée.

Cette Agence va collaborer avec les institutions de microcrédits, et très bientôt, les premiers fonds seront débloqués pour encourager l’entreprenariat féminin et favoriser l’emploi jeune. Dans ce domaine, les efforts seront renforcés et amplifiés dans les mois à venir.

Pour les jeunes, le service civique et d’action pour le développement (SCAD) sera bientôt fonctionnel. C’est un engagement volontaire du jeune pour améliorer sa formation et exercer ses compétences. J’ai donné des instructions pour que le 1er Conseil d’Administration de ce service se tienne incessamment et examine le plan d’action pour le lancement effectif des activités. Les premiers jeunes volontaires non scolarisés, déscolarisés et diplômés sans emploi seront alors recrutés.

Mesdames, Messieurs, chers invités,

La lutte pour le changement a été le combat de tous : syndicats, partis politiques, société civile, jeunes et femmes. Toutes les couches sociales de notre pays se sont donné la main pour que la période d’exception aboutisse à l’établissement d’une démocratie véritable. Je garde dans mon esprit et dans mon cœur l’apport particulier de chacun.

Je profite de cette occasion pour féliciter et remercier les mouvements syndicaux pour le soutien qu’ils n’ont cessé d’apporter à mon action.

La commission tripartite mise en place pour étudier ensemble et proposer des mesures concrètes pour la définition du salaire minimum de la retraite et de l’assurance maladie est le meilleur exemple de la collaboration indispensable entre toutes les forces vives de notre nation.

Aux dirigeants et militants des partis politiques, je renouvelle mon engagement solennel à protéger les libertés dans le respect de la loi. Je leur demande de poursuivre leur mission d’éducation civique des militants et des populations, car il est important que le rôle de creuset des partis politiques pour la construction de la nation soit affirmé et promu.

Comme j’ai dit, étape par étape vers une vie meilleure : telle est notre ambition. A chaque étape, nous cherchons à faire deux choses simultanément : unifier notre nation, mais aussi la changer. En tant que Président, je suis chargé à la fois de la responsabilité de cette unité et de l’urgence de ce changement.
Je dois écouter et avancer. Je dois être à la fois « un homme pressé » et « un leader qui unifie son peuple ».

Ce double rôle requiert des qualités différentes. Le premier –d’unifier- a besoin d’un président pour rassembler, faire des compromis, aborder avec humilité la tâche d’associer différents intérêts ensemble, des mouvements et des personnes.
Je m’engage à faire cela. Je ferai de mon mieux pour combler les différences, accueillir des opinions contradictoires et de guérir les traumatismes de la division.
La seconde – qui consiste à changer la réalité quotidienne de la vie des gens pour le meilleur- le Président doit être résolu, déterminé et franc dans la poursuite de l’amélioration des services de base dont notre population a désespérément besoin.

Unité est un impératif politique profond. Mais l’amélioration de l’électricité, des routes, des infrastructures, des services de base et des emplois sont aussi très importants et représentent une urgence fondamentale pour les Guinéens qui ont vécu dans la pauvreté et les privations pendant trop longtemps.

La Guinée représente peut-être mieux que toute autre nation le paradoxe de l’Afrique: Des pays riches aux populations pauvres. Riche en ressources et potentiels ; pauvres dans les conditions de vie et réalités quotidiennes. Cela doit être changé et mon engagement pour le changement est absolu et déterminé.

Nous devons comprendre aussi que ces deux rôles sont, au niveau le plus profond, intimement liés : Si nous ne gardons pas notre Nation unie, nous n’aurons jamais l’espace politique de la changer. Mais si nous ne changeons pas quotidiennement la vie de notre peuple pour le meilleur, nous n’aurons jamais la réalisation physique nécessaire pour soutenir la politique. Les deux vont donc finalement ensemble. Ils se soutiennent mutuellement. Et moi, en tant que Président, je vais faire les deux, ensemble avec la même détermination et la même résolution.

J’ai lutté longtemps pour le changement, la liberté et la prospérité de notre pays. Je sais que l’une des conditions pour promouvoir la liberté et la prospérité est de rassembler tous les guinéens, toutes les guinéennes. Le temps que nous perdons dans les conflits politiques et sociaux peut être mieux utilisé pour bâtir l’avenir de nos enfants.

La richesse dont la Providence et la Nature ont doté notre pays nous permet d’être ambitieux, de nous projeter dans l’avenir en nous donnant les moyens d’être une nation émergente dans les années à venir. Cependant, ni la Nature ni la Providence ne peuvent développer la Guinée à notre place. Il nous faut retrousser nos manches et protéger nos premières pousses afin de les entretenir jusqu’à la récolte. J’ai hâte de voir la Guinée vivre à la hauteur de son potentiel. Cela passe par le travail, par l’unité, par la rigueur et par la solidarité.
AGP/21/12/011 BPP/AB/ST

 
Dabola : la CU tend à être dominée par la présence de jeunes filles et de femmes voilées


Dabola, 20 avril (AGP)- La Commune Urbaine (CU) de Dabola connait actuellement une montée vertigineuse du nombre de jeunes filles et femmes voilées. On les rencontre souvent en grand nombre dans les quartiers Foundeng, Dabolakörö, Hèrèmakonön, Babilya et Tinkisso, a constaté l’AGP.


Participer aux cérémonies religieuses, à la lecture du Saint Coran auprès des groupes d’adeptes ou chefs religieux sont, entre autres activités entreprises par ces filles et femmes rencontrées à travers la ville en longueur de la journée.


Leur présence embarrasse et inquiète certains observateurs qui souhaitent l’interdiction totale du port de voiles (Gilbab). Car, il est facile de voir portées au dos de leur mère dans cette préfecture, des fillettes avec des visages voilés.


AGP/20/04/016 MMC/KS/ST

 
Communiqué de presse de la Banque Centrale de la République de Guinée jeudi 04 décembre 2014


La quarante neuvième (49ème) séance du Marché Interbancaire des Changes (MIC) de l’année 2014 s’est tenue à la Banque Centrale le jeudi 04 décembre 2014 de 09h20mn à 09h50mn.

La séance a réuni la BCRG et douze (12) banques sur les quinze (15) de la place en activité.

Le cours moyen pondéré résultant des transactions s’est établi à :

1USD = 6 990, 9366 GNF.

Ce cours servira de taux de référence aux transactions bancaires jusqu’à la tenue de la prochaine séance qui aura lieu dans les locaux de la BCRG.

La Banque Centrale remercie les participants pour leur contribution au bon déroulement de la séance.
La Banque Centrale
__________________________________________________
Boite Postale N° 692- Conakry- Téléphone (+224 ) 30 41 26 51 ; (+224) 30 41 48 98 Télex ; 22 225 BAREG- GE

 
L’information publicitaire sur l’Académie aérienne de Kropyvnytsky (AAK UNA)


AAK UNA est un établissement d’enseignement supérieur du quatrième degré d’accréditation avec plus de cinquante ans de l’expérience de travail. Lors de cette période l’Académie a formé plus de trois milles de spécialistes d’aviation pour 51 pays étrangères. A l’heure actuelle l’Académie effectue la formation à gradin (du bac au master).


Les étudiants ont la possibilité d’intégrer dans une classe préparatoire (initiale) suite le programme de la formation du pilote-amateur (PPL) ainsi que du pilote de commerce (CPL) en conformité du certificat de l’établissement supérieur N TE-01, livré par le service d’Etat de l’Ukraine sur le contrôle d’assurance de la sécurité de l’aviation.


Les promus reçoivent le certificat du pilote-amateur (PPL) et du pilote de commerce (CPL) conformément aux standards et aux conditions d’ICAO (annexe 1 de la Convention de Chicago).


Pour entrer à l’Académie Nationale de l’Aviation il faut présenter les documents ci-dessous :



  • Le CV ;

  • Le certificat d’enseignement secondaire et la liste des notes reçues (en points) ;

  • Le certificat de l’absence de l’infection de SIDA ;

  • Le certificat médical de l’état de la santé (avec le délai de moins de deux mois avant le départ en Ukraine), le certificat livré par le dispensaire psychiatrique, toxicologique et tuberculeux ;

  • La police d’assurance ;

  • La copie de l’acte de naissance ;

  • Le passeport national dont le délai est de moins d’un an ;

  • 8 photos d’identité (3x4 cm) ;

  • Le billet de retours avec la date déterminée de la rentrée dans le pays d’origine.



En outre, l’étudiant doit passer un entretien individuel et un examen médical. L’arrivée en Ukraine se fait sue le visa délivré par l’Ambassade d’Ukraine à l’étrangère en vertu de l’invitation personnelle pour les études à l’Académie Nationale de l’Aviation de Kropyvnytsky (AAK UNA).


En plus, les étudiants sont assurés d’obtenir un logement dans la cité universitaire au prix de 35 $ par mois et de la restauration 3 fois par jour à 6 $ la journée.


Toute information supplémentaire sur les services de formation professionnelle fournis par l’AAK UNA est inscrite dans le manuel des établissements de l’ICAO, dont la version électronique est à l’adresse : http://www.icao.int/td .


L’information plus détaillée sur l’AAK UNA est à l’Internet, à l’adresse : www.glau.kr.ua . Email du service international de l’AAK UNA est kfa.nau@hotmail.com tel. : (380522)344032, fax : (380522)344010.


L’information sur les services de la formation professionnelle


1. Baccalauréat (l’enseignement se fait en russe ou en ukrainien)


Spécialité 272 «Transport aérien»


Licence professionnel


«Pilote de ligne». Le montant de l’étude est 12 000 $ pour la période de 4 ans (le cours théorique).


Apprentissage sur le simulateur de vol pour les avion NARP-1 (l’avion de l’entreprise de la réparation des avions de Mykolaïv), Cesna-172, K-10, At-3, L-410, An-2, An-26. Le coût est de 130 $ par heure selon le type d’avion.


«Contrôleur aérien». Le montant de l’étude est de 11 300 $ pour la période de 4 ans (y compris l’apprentissage sur le simulateur).


«Ingénieur de l’information aéronautique». Le montant de l’étude est de 10 300 $ pour la période de 4 ans (y compris l’apprentissage sur le simulateur).


«Ingénieur des travaux de sécurité». Le montant de l’étude est de 10 300 $ pour la période de 4 ans (y compris l’apprentissage sur le simulateur).


«Ingénieur de la préparation des vols de la réparation et de la diagnostique du matériel d’aviation». Le montant de l’étude est de 11 200 $ pour la période de 4 ans.


«Manageur du transit/ingénieur de l’organisation de la gestion de l’entreprise». Le montant de l’étude est de 9 800 $ pour la période de 4 ans (y compris l’apprentissage sur le simulateur).


«Manageur du transit/spécialiste de l’entretien du transport». Le montant de l’étude est de 9 800 $ pour la période de 4 ans (y compris l’apprentissage sur le simulateur).


2. Spécialité 073 «Management»


Licence professionnel


«Manageur du transport international par avion». Le montant de l’étude est de 9 900 $ pour la période de 4 ans.


«Manageur du tourisme». Le montant de l’étude est de 9 900 $ pour la période de 4 ans.


Maitrise (l’enseignement se fait en russe ou en ukrainien)


Spécialité 272 «Transport aérien». 1.5 ans de l’étude, dont le coût est à partir de 2 880 $


Doctorat (l’enseignement se fait en russe ou en ukrainien)


Spécialités :



  • 275 «Technologie du transport» ;

  • 011 «Science sur l’enseignement». 4 ans de l’étude, le montant de l’étude est de 7 900 $ pour la période de 4 ans.



Les cours préparatoires pour les citoyens étrangers : 9 mois avec le montant de l’étude de 2 000 $ ;


La formation des pilotes de l’aviation civile d’après les programmes des standards de l’ICAO :


1. Pilote-amateur (PPL)- cours 231 de l’ICAO. Les avions de la promotion sont NARP-1 (l’avion de l’entreprise de la réparation des avions de Mykolaïv), Cesna-172, K-10. 8 mois de l’étude, le total des heures des vols est 46, dont 40 heures en avion.


Le début des études est au fur et à la mesure de la constitution du groupe.


Le coût de l’étude est à partir 8 500 $ (le prix dépend du type de l’avion).


L’enseignement se fait en russe ou en ukrainien.


La condition d’être admis : le certificat de la fin de l’étude secondaire.


1. Pilote de commerce (CPL)- cours 232 de l’ICAO. Les avions de la promotion sont An-2, Cesna-172. 18 mois de l’étude, le total des heures des vols est 165, dont 150 heures en avion.


Le début des études est au fur et à la mesure de la constitution du groupe.


Le coût de l’étude est à partir 30 000 $ (le prix dépend du type de l’avion).


L’enseignement se fait en russe ou en ukrainien.


La condition d’être admis : le certificat de la fin de l’étude secondaire.


Address : City!Ministerial!Dixinn!Corniche!Nord,!Villa!1476; Email: studyintheukraine@gmail.com Facebook: Etudier Study (En Ukraine).





Les 6 étapes d’activités Trouvez ce que ça prend pour étudier en Ukraine. C'est aussi facile qu'1, 2, 3, 4, 5, 6!


1. Une entrevue au consulat honoraire d’Ukraine en République de Guinée où vous pourrez obtenir des informations complètes : L’adresse : Cité Ministérielle Dixinn Corniche Nord, Villa 1476 ;


2. La réalisation d’un dossier d'inscription ;


3. Le paiement d’un paquet « Première année » ;


4. Le dépôt du reçu de paiement au consulat ;


5. L'obtention d’un visa au consulat ;


6. Le départ en Ukraine où le responsable de DEN (www.education-in-ukraine.com) vous rencontrera (accueil à l'aéroport, transferts, hébergement au foyer, présentation de l'université) Paquet « Première année » comprend :


! Assistance à l'obtention des visas (programme de formation entièrement en charge du Consulat Honoraire) ;


! Envoi des invitations ;


! Billets d’avion ;


! Accueil à l'aéroport ;


! Transferts à Kharkov;


! Assurance maladie ;


! Assurance ;


! Légalisation (Certificat d’acte de naissance, Attestation du bac, Relevés de notes, Certificat médical, Certificat test VIHSIDA);


! Hébergement au foyer et son payement pendent 1-ère année ;


! Consultations ;


! Assistance pendant les études ;


! Frais administratifs : le DHL aller- retour inclus, le Coût du transfert d’argent Le prix de paquet "première année" est égal à 5400 USD.


Le paiement s’effectue sur le compte bancaire de consulat honoraire d’Ukraine. Le paiement en espèces est exclu. Les frais supplémentaires pour les services d’intermédiaire sont exclus. N° du compte bancaire (Consulat Honoraire d’Ukraine): 2102-500800-01 USD 2101-500800-02 GNF First International Bank FiBank


Informations complémentaires Le prix des études des années suivantes de formation est de 1300 - 2500 USD en fonction de la spécialité et de l'Université.


Il y aussi la possibilité de paiement des années supérieures de formation en Guinée. Hébergement au foyer et le payement pendent année 400 USD.


La liste des documents pour l'obtention d'un visa d'étudiant :


1. Passeport national en cours de validité valable au moins un an après la date souhaitée de l’expiration du visa et au moins trois pages libres.


2. Quatre photos récentes en couleur sur fond claire 30x40 mm.


3. Copie certifiée du certificat de fin d’études avec le relevé de notes plus les originaux.


4. Copie certifiée du certificat de naissance et son original.


5. Certificat du test pour VIH/SIDA (pour les citoyens de la République de Guinée uniquement les certificats délivrés par les hôpitaux Ignace Deen et Donka sont acceptés).


6. Certificat médical de visite et contre visite délivré au plus tard deux mois avant l’entrée en Ukraine (pour les citoyens de la République de Guinée uniquement les certificats délivrés par les hôpitaux Ignace Deen et Donka sont acceptés).


7. Lettre d’invitation de l’Université (ou admission).


8. Le relevé du compte bancaire (pour les 6 derniers mois) des parents ou d'une autre personne qui prend en charge les frais d'études et de séjour.


9. Lettre de garantie des parents ou d'une autre personne qui prend en charge les frais d'études et de séjour (à certifier par un notaire).


10. Réservation de billets pour l’Ukraine avec la date ouverte de retour (à la RAM 1 an aller retour).


11. Assurance de voyage valide pour la période d'un mois à compter de la date d'entrée en Ukraine (à acheter uniquement après l'acceptation du dossier par le consul).


12. Formulaire de demande de visa (à signer en présence du consul). Notice: Les documents indiqués dans les points 3, 4, 5 et 6 doivent être légalisés au Ministère des affaires étrangères du pays de délivrance. Ces documents seront légalisés et traduits en ukrainien à l’Ambassade d’Ukraine à Dakar (Sénégal).


Address : City!Ministerial!Dixinn!Corniche!Nord,!Villa!1476; Email: studyintheukraine@gmail.com Facebook: Etudier Study (En Ukraine)


Téléphone: Philip 625 258 975

 
Des investisseurs canadiens reçus en audience par le président de la République de Guinée


Conakry, 10 juin (AGP)- Le président de la République de Guinée, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé a reçu en audience, vendredi, 8 juin au Palais Sèkhoutouréya à Conakry, l’ambassadeur du Canada en Guinée, Perry Calderwood, accompagné d’une forte délégation d’investisseurs canadiens, venus lui témoigner sa volonté de renforcer ses relations de coopération avec la Guinée dans le secteur minier, a rapporté le Bureau de Presse de la Présidence de la République (BPPR).

Ces hommes d’affaires comptent intervenir dans le développement du secteur minier et la formation technique.

Au sortir de l’audience, le diplomate canadien a fait une déclaration dont voicila teneur :

‘’Je suis avec une délégation d’investisseurs canadiens. On est venu rencontrer le président de la République, afin de voir les possibilités de renforcement des relations économiques entre le Canada et la Guinée. Cette semaine, nous avons rencontré plusieurs ministres.

La délégation qui est présente est intéressée par le secteur minier et la formation technique. Il y a déjà des investissements importants du Canada en Guinée. Il y a à peu près 250 millions de dollars investis dans le secteur minier.

Je suis convaincu qu’il y a beaucoup de potentialités, surtout dans le secteur des mines et de l’énergie. Et le Canada a beaucoup d’expériences dans ces deux domaines, ainsi que dans les secteurs de l’éducation et de la formation technique’’.

L’ambassadeur du Canada a enfin félicité le gouvernement guinéen, pour l’élaboration d’un nouveau Code minier.
AGP/10/6/012 ST

 
Le premier ministre a officiellement lancé mercredi à Conakry, les travaux d’élaboration du plan quinquennal 2011-2015


Conakry, 25 août (AGP)- Le premier ministre, chef du gouvernement, M. Mohamed Saïd Fofana a officiellement lancé ce mercredi, 24 août à Conakry, les travaux d’élaboration du plan quinquennal de développement économique 2011-2015 de la Guinée.

La rencontre a regroupé près de 250 participants venus des départements ministériels, des institutions internationales, des régions administratives et des Organisations de la Société Civile (OSC).

Ces travaux ont pour objectif, d’élaborer dans les meilleurs délais, des plans et des politiques appropriés en vue d’amorcer un développement économique et social harmonisé du pays.

Plusieurs thèmes ont été débattus au cours de cette rencontre notamment, l’historique de la planification et analyse rétrospective de la situation économique et social du pays, le cadre organisationnel, le chronogramme, la structure et le canevas du plan quinquennal.

A cette occasion, le ministre du Plan, Dr Souleymane Cissé a rappelé quelques plans de développement utilisés par les précédents gouvernements qui, selon lui, ont été fortement influencés par la mal gouvernance et l’environnement international.

Il s’agit entre autres, des Programmes d’Ajustement Structurel (PAS) initiés de l’extérieur et les Stratégies de Réduction de la Pauvreté (SRP) axées sur les aspects sociaux et l’allègement de la dette.

Dr Cissé a indiqué, que la Guinée a besoin de renouer avec le système de planification stratégique pour imprimer une nouvelle dynamique à l’essor économique et social, afin de répondre efficacement aux attentes de sa population.

‘’Ce plan quinquennal permettra, de mieux appréhender les problèmes auxquels se heurtent les efforts de développement mais aussi, de définir les priorités et de mettre en œuvre des actions afin de valoriser les immenses potentialités humaines et naturelles du pays’’, a déclaré le ministre.

Le premier ministre, M. Mohamed Saïd Fofana a de son côté souligné, que l’Etat a l’obligation d’accomplir les tâches essentielles pour la transformation économique notamment, la planification, l’élaboration des plans et politiques de développement et leur mise ne œuvre.

Il a précisé, que les futurs plans de développement doivent être élaborés sur la base des cinq axes prioritaires défini par le président de la République, Pr. Alpha Condé, à savoir : la bonne gouvernance, la lutte contre la pauvreté, le développement des infrastructures, le développement et l’expansion économique ainsi que la défense et la sécurité.
AGP/25/8/011 AND/JPO/ST

 
La marche de l’opposition acceptée par le gouvernement


Conakry, 18 avr (AGP)- Le porte parole du gouvernement, Albert Damantang Camara, par sa voix a livré mercredi, 17 avril un communiqué dans lequel il est rédigé que ‘’le gouvernement guinéen respecte la décision de l’opposition d’organiser une manifestation de rue ce jeudi 18 avril 2013’’.

Selon le même communiqué le gouvernement affirme que : ‘’Même s’il regrette que l’opposition en appelle si souvent à la rue, avec toutes les violences que cela peut entraîner, hélas, pour nos concitoyens, et tous les désagréments que cela peut comporter.

Dans tous les cas, le gouvernement reconnaît sans ambiguïté, les droits et libertés des citoyens, notamment ceux liés à l’expression libre et légale des opinions, y compris par les manifestations’’.

En conséquence, le gouvernement restera toujours fidèle à nos principes constitutionnels.

Toutefois, le gouvernement tient à rappeler un certain nombre de principes et d’évidences qui s imposent à toute société démocratique et à tout Etat de droit :

Le gouvernement garantira (dans toute la mesure de ses possibilités et capacités) la jouissance réelle et effective de tous les droits et toutes les libertés démocratiques, notamment les libertés d’opinion, d’expression et de manifestation. Cependant, il n’acceptera et ne tolérera aucun acte de violence d’où qu’il vienne, et quels qu’en soient les motifs et ne cédera à aucun chantage et ne tolérera aucun acte illégal.

Toutefois, il met en garde ceux qui veulent créer des situations de conflit pour pouvoir s’en plaindre après ; il attire l’attention de la communauté nationale et internationale sur un certain nombre d’indicateurs qui traduisent une volonté manifeste de créer le désordre et un climat de violence en Guinée.

Le gouvernement s’y refuse catégoriquement, car il est et demeure le gouvernement de tous les Guinéens, quelles que soient leurs opinions politiques, leurs origines ou toute autre appartenance singulière ; il est fortement attaché aux valeurs de la démocratie et de l’Etat de droit, rappelle que dans tout Etat démocratique, le respect des droits fondamentaux et de la loi restent les garanties primordiales pour tous les citoyens.

Le gouvernement invite tous les acteurs politiques à agir dans le strict respect de nos lois et à faire preuve de responsabilité, dans l’exercice de leurs droits et libertés ; il décline toute responsabilité face à des volontés manifestes de créer une situation de trouble et de violence. Il réaffirme solennellement et sans ambiguïté sa ferme volonté de garantir l’expression des Droits et libertés, dans le strict respect de la loi, et entend veiller sur le respect des Droits Humains de chaque citoyen Guinéen et toutes les personnes vivant en Guinée.

Il rappelle qu’il est du devoir de l’État de garantir l’exercice des libertés, mais dans les cadres fixés par nos lois, notamment le respect des autres droits et libertés tout en s’engageant à ne jamais entraver la liberté de jouissance de ces droits et libertés démocratiques, affirme ici solennellement et fermement qu’il ne tolérera aucun acte de violence, aucune violation des lois, quels que soient les auteurs, les motifs et les prétextes. Il invite enfin chacun à faire preuve de responsabilité.

Fidèle à sa volonté de construire en Guinée une société de paix, de démocratie et de prospérité, le gouvernement de la République, soucieux d’être un gouvernement au service de tous les guinéens, compte le rester, pour que la Guinée demeure unie et égalitaire.
AGP/18/4/013 BPP/AGP

 
La Radio, ‘’ la Voix de l’Afrique’’ part en fumée


Conakry, 7 juin (AGP)- L’AGP a rencontré la semaine dernière le directeur fondateur de la radio, ‘’La Voix de l’Afrique’’, M. Aboubacar Camara, juste après un incendie qui a consumé toutes les installations de sa radio ainsi que sa bibliothèque contenant une documentation importante destinée à la formation des journalistes. C’était samedi, 28 mai dernier.

Voici l’interview de notre confrère que nous publions ci-dessous.

AGP : Présentez vous à nos abonnés et lecteurs ?

Aboubacar Camara : je suis Aboubacar Camara, chroniqueur scientifique, ancien animateur de l’émission ‘’Question réponse’’ à la Radio Nationale.

AGP : Comment est ce que cet incendie s’est- il produit ?

Aboubacar Camara : c’est un sinistre qui est dû à un court circuit électrique qui s’est produit dans la nuit du vendredi 27 mai à samedi 28 du même mois, dans les environs de 3 h du matin. On venait tout juste de fermer le réseau, parce que ces derniers temps on tournait à régime tendu, 24h/24.

Mais, avec un seul émetteur, j’avais donné consigne de laisser l’émetteur se reposer pendant 3 à 4 heures de temps, c'est-à-dire on ouvre le réseau pour lancer le courant de 5 heures jusqu’à 7 heures le matin en vue de marquer un temps de repos de 3 heures.

Alors l’application de la consigne devait commencer jeudi ; ce jeudi ça marché, c'est-à-dire que les techniciens ont travaillé normalement jusqu’ à 1h du matin avant de fermer et de reprendre le service à 5 h du matin.

Vendredi, c’est là où le destin nous attendait, on ferme à 1h du matin pour se coucher. Aux environs de 3h du matin, pendant que les techniciens et journaliste dormaient très fatigués, c’est en ce moment qu’il y a eu le court circuit.

AGP : Qu’est ce qui s’est passé ?

Aboubacar Camara : ce qui s’est passé, c’est que le studio a pris feu, suivi du parc informatique, la bibliothèque avant d’atteindre la salle de rédaction où étaient couchés les techniciens qui ont été réveillés par la fumée.

AGP : Quel est l’effet de l’ampleur de cet incendie ?

Aboubacar Camara : L’effet d’un incendie, un incendie c’est un sinistre, c’est une catastrophe, c’est une tragédie, son impact est lourd, parce que tout a brûlé, tout a été calciné, on n’a pu sortir aucune once de matériel même un morceau de papier, rien a été sauvé.

AGP : Quelle est l’image que l’on peut retenir de cette radio, la radio de la science, la radio des sciences ?

Aboubacar Camara : Comme tu l’as dit, c’est une radio de la science, une radio des sciences, c’est une radio qui a pour vocation, de vulgariser la science, diffuser la science, mettre la science à la portée du peuple pour permettre aux personnes de changer de comportement.

Sur le plan scientifique, la ligne éditoriale de notre radio, notre radio est une radio communautaire à vocation scientifique, donc nous mettons l’accent sur l’information scientifique et technique.

AGP : Quelle est l’ampleur des dégâts?

Aboubacar Camara : l’ampleur des dégâts est pharamineuse.

AGP : Quelle estimation faites vous du coût global de la catastrophe ?

Aboubacar Camara : C’est extrêmement difficile d’évaluer, il faut que comme le sinistre vient de se passer, il faut que j’ai le temps de réfléchir un peu, et faire recenser, répertorier tout ce qui a été perdu tout ce qui a été brûlé, parce que quand je pense a rien que la bibliothèque à laquelle je tiens beaucoup et qui constitue le cœur de ma fondation et celui de la radio.

Là nous avons des livres, des usuels, des encyclopédies de plusieurs types, j’ai cinq catégories d’encyclopédies et chaque volume par exemple : grand Larousse des douze volumes peuvent aller à peu près jusqu’à 10.000.000 de francs guinéens.

AGP : Quelle estimation du coût global de la catastrophe ?

Aboubacar Camara : dire que je peux évaluer ça maintenant, non c’est difficile pour moi pour le moment, je suis sur le choc.

Néanmoins, le parc d’informatique, tu as une forêt d’ordinateurs, là chaque ordinateur peut coûter entre 4 à 5.000.000 de francs multipliés par 40.

Dans le studio, il y avait un émetteur de 500w, çà c’est de l’or, un mixeur de 24 pistes.

AGP : Quelles dispositions ont été prises par les autorités en votre faveur ?

Aboubacar Camara : Le chef de quartier c’est une autorité ; il a réagi tout de suite. Le dernier à me rendre visite la nuit du vendredi, la nuit fatale, c’est le chef de quartier et dès qu’il y a eu le sinistre, tout le quartier est sorti mais aussi il était là.

J’ai aussi reçu la visite du président de l’URTELGUI, M. Boubacar Yacine Diallo, dès que je l’ai appelé séance tenante, il a répondu à l’appel et il est venu tout de suite avec un chèque d’1.000.000 de francs guinéens.

AGP : merci monsieur Camara et du courage

Aboubacar Camara : c’est moi qui vous remercie.
AGP/7/6/011 MBO/FDF/AB/ST

 
Boké : le peuple de Guinée fête les 54 ans de l’Indépendance Nationale


Kakandé (Boké), 2 oct (AGP)- La République de Guinée célèbre ce mardi, 2 octobre, dans le Kakandé (préfecture de Boké), les 54 ans de son accession à la souveraineté nationale, une occasion de grandioses manifestations et de réjouissances de l’ensemble des forces vives de la Nation, en présence de plusieurs hôtes de marque invités dont, les représentants des corps diplomatiques et consulaires accrédité dans ce pays, sous la présidence effective du président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé.

Contrairement aux années précédentes, le président de la République, a décidé d’organiser cette fête nationale dans la préfecture de Boké, en vue de permettre la pose de base solide d’un développement.

Ainsi, la célébration de la fête de l’Indépendance Nationale est désormais tournante, dans le but de donner la chance à toutes les préfectures du pays, d’abriter ces manifestations et de bénéficier de la réalisation d’infrastructures sociales de base, synonyme de base de développement socioéconomique solide et durable, a-t-on estimé.

Ce 54ème anniversaire a enregistré dans la préfecture de Boké, une série de constructions d’édifices et de réalisations d’utilité publique notamment, la construction et la rénovation des symboles de l’Etat, d’infrastructures hôtelières, et d’autres centres de loisirs.

A retenir, que c’est la préfecture de N’zérékoré qui a été retenue pour abriter les festivités du 55ème anniversaire de l’indépendance de la République de Guinée.

Voici un rappel de quelques aspects des acquis de la Nation guinéenne sous la direction éclairée du père de l’Indépendance, Ahmed Sékou Touré et de l’artisan de l’Etat de Droit et de la démocratie en Guinée, Général président Lansana Conté.

Le 2 octobre 1958, la Guinée indique la voie aux autres colonies françaises par le ‘’Non’’ du 28 septembre

La Guinée a accédé à son indépendance le 2 octobre 1958 à la suite d’un Référendum le 28 septembre 1958 qui rejetait la communauté française proposée par le Général De Gaulle, ouvrant ainsi la voie à la Liberté aux autres colonies françaises.

Ce choix de la Guinée, qui intervient après une soixantaine d’années de colonisation, a été qualifié d’audacieux par les uns et responsable par les autres, par rapport au contexte historique de l’époque.
Ce fut sous la conduite de Sékou Touré, à travers le Parti Démocratique de Guinée (PDG), créé le 14 mai 1947.

Le peuple de Guinée venait ainsi de briser le mythe qui était à l’origine de la misère, de la dépersonnalisation et d’humiliation, qui l’empêchait dans son évolution.

La déclaration du président Sékou Touré à l’époque, selon laquelle ‘’Nous préférons la Liberté dans la pauvreté à l’opulence dans l’esclavage’’, traduisait la maturité politique et idéologique des cadres guinéens.

L’audace, la détermination et la qualité de la stratégie mise en place par les pères fondateurs de l’Indépendance de la Guinée et autres illustres devanciers, ainsi que l’adhésion totale des masses au programme de décolonisation du pays, ont mérité respect et reconnaissance.

Pour l’histoire, le 28 septembre 1958, le peuple de Guinée relève le premier défi en optant pour l’indépendance immédiate en votant ‘’Non’’ par 1.121.492 voix contre 56.955.

Le 29 septembre, la France a pris acte du vote de la Guinée, seul pays a dire Non parmi toutes les colonies françaises et le 12 décembre 1958, elle est admise à l’organisation des Nations Unies (ONU) comme 82ème pays membre.

Après donc l’accession de la Guinée à l’Indépendance, la réaction du gouvernement français ne se fit pas attendre.

La France appliquera au nouvel Etat guinéen des mesures de rétorsion à travers le départ massif de techniciens et fonctionnaires, la suppression de crédits bancaires et le transfert accéléré de fonds vers l’ancienne métropole; le gel de tous les avoirs guinéens domiciliés en France, l’arrêt des travaux et équipement et l’encouragement des planteurs français à aller s’investir en Côte d’Ivoire moyennant d’importants crédits.

La France n’a jamais pardonné la Guinée pour avoir donné le ton dans le régime colonial favorisant ainsi l’accession à l’Indépendance par cascade de ses anciennes colonies d’Afrique.

Dès lors, le gouvernement guinéen, fraîchement mis en place, a pris des mesures pour accueillir outre des étudiants, des professeurs, des ingénieurs et des médecins africains et européens, qui contribueront à consolider les bases du jeune Etat.

Au vu de tous ces actes, les autorités de la première République vont engager une rude bataille pour la consolidation des acquis de l’Indépendance Nationale.

L’un des premiers actes posés par le gouvernement a été la création le 1er novembre 1958 de l’Armée Nationale pour la défense de l’intégrité territoriale.

Plusieurs autres actes suivront cette création dont entre autres, la Loi cadre de 1964.

Le 3 avril 1984, le peuple de Guinée apporte son soutien à l’action de l’Armée Nationale qui venait d’opter pour une société libérale et démocratique sous la conduite du Colonel Lansana Conté.

L’adoption et la promulgation de Loi fondamentale et des lois organiques ont permis la création d’un système politique multipartite, la garantie de la liberté de presse, la mise en place d’institutions républicaines à savoir: l’Assemblée Nationale, la Cour Suprême, le Conseil National de la Communication (CNC) et le Conseil Economique et Social (CES).

La paix et la sécurité si chères au président de la République, sont devenues de nos jours une des préoccupations essentielles des populations guinéennes.

Les 54 ans de l’accession de la Guinée à l’indépendance nationale ont permis aux citoyens de connaître les bienfaits de la liberté et surtout d’affronter des obstacles auxquels le Général Charles De Gaule avait noté le 25 août 1958 dans son discours à Conakry, en disant que ‘’la Guinée tirera les conséquences de son choix’’.

La célébration de la fête anniversaire des 54 ans de l’accession de la Guinée à la souveraineté nationale, est placée cette année, sous le signe du ‘’changement’’, en vue de favoriser un développement socioéconomique durable du pays.
AGP/2/10/012 ST/FDF/AB/MAC/ST

 
Opinion-Politique/Les données électorales pour 2015 se précisent en Guinée

Par Aboubacar Sidiki Sampil


Conakry, 23 mai (AGP)- Avec la mise en place de l’Assemblée nationale à Conakry, marquant le retour à l’ordre constitutionnel en République de Guinée, le visées se consolident dès lors pour savoir qui de la mouvance ou de l’opposition doit faire les cinq ans de mandat à partir de 2015 à Sèkhoutouréya, Alpha Condé, Mamadou Cellou Dalen Diallo, Sidya Touré, Lansana Kouyaté et Kassory Fofana, pour ne citer que ceux-ci d’abord.

Les stratégies d’attaque sont en préparation, les hommes de terrain se pointent dans les états politique, alors que les que les militants et sympathisants rivalisent d’ardeur pour assurer le plein des voix. Mais à bien les regarder, il se dégage un sentiment de lutte interne inédite au sein de l’opposition qu’au sein de la mouvance, car Alpha Condé a maintenant la maîtrise de ses ouailles pendant que l’opposition est partagée entre l’idée d’un candidat unique et celle de la participation libre de tous ceux qui souhaitent briguer la présidence de la République en Guinée.

Dans cet espace politique teinté de blocages sévères liés au respect des ‘’Accords de juillet 2013’’, qui auront permis de faire les législatives, alors que rien ne dit qu’un ‘’Accord’’ est et demeure valable, advient que pourra quelque soit les avis. Alors qu’on part droit vers une impasse politique qui risque de nous faire le même coup que lors des années précédentes. C'est-à-dire, faire en sorte que le contrôle de la CENI échappe aux guinéens, pendant que nulle part en Afrique, on a vu des étrangers s’occuper des élections jusqu’aux derniers coins de souveraineté.

Pourquoi au Mali en Guerre, disons en rébellion, l’on n’a pas imposé une CENI dirigée par un non malien, non plus pas en Guinée Bissau ou au Ruanda. Mais en Guinée, si et encore comment ?

Que porte-parole de l’opposition se ressaisisse dans ses manœuvres dilatoires qui ne visent qu’à mettre de la pression sur les populations et le pouvoir, comme quoi, ils sont prêts à reprendre la rue dès que possible si le gouvernement ne répond pas à une de leurs correspondances, disons, sa lettre individuelle que Sidya Touré qualifie d’unilatérale et personnelle, parce qu’il n’y a pas eu de concertation à propos, avant que Sylla Aboubacar ne sorte son communiqué et organiser un battage médiatique à propos sur les ondes.

Ceci explique qu’en réalité, pour la présidentielle de 2015, les dés sont jetés et, aux meilleurs, la victoire finale.
AGP/23/05/014 ASS/AB/JPO/ST

 
Publireportage :

Remise de certificats aux heureux gagnants de la campagne «Back to School» de Cellcom Guinée


Conakry, 15 jan (AGP)- La société de téléphonie mobile, Cellcom Guinée, a remis, jeudi, 14 janvier 2016, des certificats aux 12 heureux gagnants de la campagne «Back to School» ou «Recharge ton avenir», leur permettant de suivre des cours d’Anglais et d’Informatique dans deux institutions d’Enseignement supérieur.





La cérémonie s’est déroulée en présence, du directeur fondateur du CELPS, Idrissu Mumini Dimbie, du directeur des Etudes de l’IPM, Ibrahima Diogo Baldé et de nombreux journalistes.





Ces deux institutions d’enseignement professionnel choisis par Cellcom auront en charge chacune la formation de 6 gagnants, pour une durée d’un (01) an.





Quelques gagnants présents à cette cérémonie ont livré leurs sentiments et leurs choix dans les deux filières. Il s’agit successivement de Mlle Gnalén Camara étudiante à la Faculté de Droit de l’Université Koffi Annan, de Mlle Mabinti Bangoura. Ces deux ont choisi de suivre les cours d’Informatique à l’IPM.





Quant à Honoré Kamano et Mamadou Mouctar Diallo, ils ont choisi les cours d’Anglais au CELPS.





Dans sa communication, le directeur du Marketing de Cellcom, Asher Thiery Alonne a informé, que cette campagne qui a connu son épilogue, est a été réalisée en concomitance avec la distribution de 2.000 kits scolaires dans certaines familles d’abonnés Cellcom.





A rappeler, que cette campagne a débuté depuis le mois de novembre 2015. Les autres campagnes Cellcom, comme «Football Académie et Cellcom Milliardaire» se poursuivent pour le bonheur des abonnés, a indiqué le directeur du Marketing de Cellcom.


AGP/15/01/016 AKT/ST

 
PAGE NOIRE

Maciré Bijou SANKON

Adjudant des Services de Douane

N’EST PLUS


Née le 31 mai 1980 à Forécariah, décédée dans la nuit du jeudi, 10 au vendredi, 11 novembre 2011 à Conakry, des suites d’une courte maladie, laissant derrière elle, une fille de 10 ans.

Fille de Fodé Sankon ‘’Kalala’’ et de Maciré Fofana ‘’Nyinté’’.

Elle a été inhumée vendredi, 11 novembre après la prière de 14 heures au Cimetière de Koloma.

La cérémonie du grand sacrifice est prévue pour dimanche, 27 novembre 2011 au domicile de ses parents, au quartier Cité de l’Air dans la commune de Matoto à Conakry.

Prions pour le repos de son âme

Amen !

 
Campagne agricole 2014 2015 : le gouvernement débloque 166 milliards GNF


Conakry, 15 mai (AGP)- Le gouvernement à travers le budget national de développement (BND) a débloqué un montant de 166 milliards de francs guinéens pour l’achat des intrants, des équipements et des produits phytosanitaires, pour le compte de la campagne agricole 2014-2015, a annoncé la ministre de l’Agriculture, Jacqueline Sultan, au cours d’une conférence de presse animée ce mercredi, 14 mai 2014, à Conakry.

Au cours de cette conférence qui s’inscrit dans le cadre du lancement officiel de la campagne agricole 2014-2015, Mme Sultan a mis un accent particulier sur les acquis des campagnes des trois premières années du mandat du Pr Alpha Condé. Des acquis qui, selon elle, ont aujourd’hui un impact positif sur le prix des produits locaux, notamment le riz dont le prix d’un kilogramme n’a pas dépassé, depuis trois ans, 6 500 GNF.

Ce constat est éloquent dans la mesure où avant l’accession du Pr Alpha Condé au pouvoir, le kilogramme de riz local se négociait à près de 10.000 GNF.

Elle a ensuite souligné que l’agriculture fait partie des priorités du Président de la République aux côtés des mines, de l’énergie et des infrastructures.
« Qui parle d’agriculture en Guinée, parle de potentialités que regorge le pays ; car il y a 6 200 000 ha de terres agricoles, 1 100 cours d’eaux qui prennent leur source en Guinée et une forte pluviométrie ».

Avec ces atouts, la ministre Jacqueline Sultan estime qu’en plus du fait que la Guinée soit un scandale géologique, elle et ses collaborateurs voudraient faire du pays une puissance agricole. Puissance agricole à travers la nouvelle vision de son département consacrée à développer l’agriculture guinéenne afin qu’elle soit au niveau des pays de la sous-région, de ceux du continent.

Pour elle, c’est pour rendre réaliste cette volonté du Pr Alpha Condé que la mise en place de la Lettre de politique de développement agricole (LPDA) que s’inscrit dans un plan continental dénommé le Plan national d’investissement agricole. Ce plan national qui est aujourd’hui la feuille de route du développement agricole se décline en plusieurs programmes dont les priorités sont la riziculture et la diversification des cultures pour la sécurité alimentaire.

En ce qui concerne la campagne agricole 2014-2015, Mme le ministre a fait savoir qu’à date, 99% des intrants, des équipements et des produits phytosanitaires sont déjà disponibles au niveau des chambres préfectorales d’agriculture.

La particularité de cette campagne est que la riziculture et la culture maraichère ont été prises en compte, a-t-elle précisé.

Mme Jacqueline Sultan a rassuré de la prise de toutes les dispositions pour que la présente campagne réussisse et qu’il y ait beaucoup plus de performances en matière de productivité par rapport aux années précédentes.
AGP/15/05/014 CM/JPO/AB/ST

 
Coopération/ Les séminaristes guinéens en visite dans les locaux de la Télévision et du quotidien de la Province de Henan en Chine


Zhengzhou, 13 juil (AGP)- Les fonctionnaires et journalistes des médias guinéens en séminaire de formation ont visité, mercredi, 13 juillet 2016, la Télévision et le quotidien de la province de Henan dans la ville de Zhengzhou, située à 600Km de Pékin, capitale de la République Populaire de Chine, rapporte les envoyés spéciaux de l’AGP dans ce pays.


La délégation guinéenne était accompagnée par le président de l’Institut des Recherches et des Formations de l’Administration d’Etat de la Presse, de la Publication, du Film et de la Télévision (SAPPRFT), Lv Songshan.


La visite de Henan TV Station et du quotidien de la province de Henan a été l’occasion d’échanges d’expériences entre professionnels des médias guinéens et chinois.


Tous les points liés à l’innovation, la migration et au changement de méthodes de travail pour être plus près des téléspectateurs et lecteurs, ont été passés au peigne fin.


Selon les informations reçues, «Henan TV Station, logée dans un immeuble de 19 étages, est créée le 15 septembre 1969. Elle possède actuellement une dizaine de studios, une dizaine de régies et 100 tables de montage pour dix chaines de télévisions, avec un personnel de 5000 employés. Le taux de couverture de la région de Zhengzhou est total, à l’aide des moyens câblés ou satellitaires. Quant au quotidien de la province de Henan, c’est un véritable exploit qui a été réalisé de 1949, date de sa création, à 2016».


Selon son directeur général, Zhang Guang Hui, «ce quotidien est une référence en Chine, car il est tiré à 2,8 millions d’exemplaires par jour et atteint 80% des habitants de la province de Henan».


Avec les avancées des nouvelles technologies et ce que cela représente comme menace pour la presse écrite, a-t-il indiqué, l’administration de ce quotidien a mis en place, à partir de 2002, un groupe de médias appelé Dahe app-app journal Henan.


Ce groupe de médias est composé de 10 journaux, de 03 magazines et de 04 sites internet, accompagnés de 50 comptes multimédias (google, twitter…) qui publient 3000 informations par jour sur la province de Henan, de types officiels (gouvernement), sociétés et infos des réseaux sociaux.


M. Guang Hui a ajouté, que les applications qui sont créées à cet effet par son groupe de presse, permettent d’atteindre 100 millions de personnes par jour, car les utilisateurs peuvent recevoir des informations soit par internet ou par le système sms à partir des téléphones mobiles.


AGP/13/07/016 CM/AND/ACS/ST

 
El Hadj Mamadou Dia, Journaliste, Directeur Général de la Radiodiffusion Télévision Guinéenne (RTG - Koloma) n'est plus !

Paix à l'âme du regretté Amen !


 
Compte-rendu du Conseil ordinaire des ministres du jeudi, 20 octobre


Conakry, 21 oct (AGP)- La Session ordinaire du Conseil des ministres s’est tenue jeudi, 20 octobre de 10h à 13 heures sous la présidence du président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé, autour de quatre points inscrits à son ordre du jour à savoir : 1- Message du président de la République, 2- compte rendu de la Session ordinaire du Conseil Interministériel (CI) du mardi, 18 octobre, 3- Décisions et 4- Divers.

Au titre du premier point, le président de la République a invité le premier ministre et son gouvernement à poursuivre les activités de mise en œuvre de la campagne agricole et a mis un accent particulier sur la commercialisation des produits des récoltes attendues de ladite campagne.

Ceci, afin qu’au moyen de prix d’achat rémunérateurs, les denrées non consommées sur place et notamment le riz soient achetées à des prix encourageants pour le paysannat guinéen.

Pr Alpha Condé a fait part des perspectives heureuses dans ce domaine qui vont permettre non seulement, d’entreprendre dès janvier prochain les cultures irriguées mais aussi, de produire sous peu en Guinée, de l’engrais de bonne qualité.

Le chef de l’Etat a ensuite fustigé l’insécurité qui sévit dans les eaux territoriales guinéennes et a invité à prendre des mesures vigoureuses et immédiates, pour combattre cette nouvelle forme de banditisme.

Par ailleurs, le il a invité le gouvernement à envisager des solutions globales pour un meilleur fonctionnement du Port de Conakry.

Au titre des communications, le gouvernement a passé en revue quelques décisions des Conseils antérieurs, en particulier celles relatives à la fourniture d’électricité, à l’exécution rapide des grands travaux, à l’amélioration des transports publics et à l’assainissement des finances publiques.

Au terme des débats, le Conseil a pris les décisions suivantes :

1- Le Conseil invite le Ministre du Commerce à veiller davantage sur la stabilité du prix des denrées de premières nécessités.

2- Le Conseil demande au Ministre d’Etat en charge de l’Energie à prendre toutes les dispositions requises afin que les compteurs prépayés et l’usage des lampes économiques entrent en vigueur dès le début de l’année prochaine. Ceci va permettre qu’enfin les pauvres cessent de payer pour les riches. Ainsi la fourniture d’électricité va bénéficier à tous à des tarifs abordables. La même diligence doit être observée en vue de pourvoir dans les délais requis les capitales régionales en électricité.

3- Le Conseil invite les Ministres en charge de l’Enseignement Supérieur, la Fonction Publique, les Finances et le Budget à prendre toutes les mesures qui s’imposent pour poursuivre le programme de réduction des dépenses de l’état.

Dans ce cadre le recensement biométrique des travailleurs et des étudiants doit se dérouler avec célérité et permettre que l’année nouvelle s’ouvre sur des fichiers assainis.

En guise d’exemple, au lieu de consentir des allocations budgétaires importantes à des Universités Privées il convient de doter nos 4 régions naturelles en grandes universités publiques bien équipées.

4- Le Conseil a rappelé que le respect des procédures d’appel d’offre doit être une garantie pour éviter d’octroyer à des entreprises sans capacités techniques prouvées des marchés publics au nom du prétendu entre guillemets moins disant.

5- Le Conseil invite le Ministère d’Etat en charge des Travaux Publics, le Ministère de l’Urbanisme et Habitat à concevoir des plans de transfert des Ministères sur le plateau Koloma afin à terme de contribuer à désengorger la commune de Kaloum.

6- Le Conseil approuve le projet du Ministère Délégué des Guinéens de l’Etranger d’organisation d’une table ronde des investisseurs dont l’ouverture solennelle des travaux aura lieu ce jeudi 20 octobre.

Au titre des divers, en levant la séance, le président de la République, chef de l’Etat a donné de larges informations sur la situation politique sous régionale et africaine.
AGP/21/10/011 DDD/JPO/ST

 
Guinée/ Présidentielle 2015 : la caution de candidature fixée à 800 millions GNF


Conakry, 11 août (AGP)- Le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Bakary Fofana a, à travers un communique rendu public lundi, 10 août, fixé le montant du cautionnement des candidats à l’élection présidentielle du 11 octobre 2015, à 800 millions de francs guinéens et le montant global des dépenses pouvant être engagées dans les campagnes électorales par candidat ou parti politique à 20 milliards de francs.





Dans le même communiqué, le président de la CENI a précisé, qu’un communiqué de la Cour Constitutionnelle fixera, dans les jours qui suivent, la date et le lieu de dépôt des dossiers de candidature.





Le montant du cautionnement à verser au Trésor Public contre un récépissé, est entièrement remboursable dans les 15 jours qui suivent la proclamation définitive des résultats, à tout candidat élu ou ayant recueilli au moins 5%t des suffrages valablement exprimés, a-t-on indiqué.


AGP/11/08/015 CM/FDF/ST

 
COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA BANQUE CENTRALE DE LA REPUBLIQUE DE GUINEE


La vingt huitième (28ème) séance du Marché Interbancaire des Changes (MIC) de l’année 2014 s’est tenue à la Banque Centrale le jeudi 10 juillet 2014 de 9h 10’ à 9h 40’.

La séance a réuni la BCRG et douze (12) des quinze (15) Banques de la place en activité.

Le cours moyen pondéré résultant des transactions s’est établi à :

1 USD = 6 851,8124 GNF.

Ce cours servira de taux de référence aux transactions bancaires jusqu’à la tenue de la prochaine séance qui aura lieu dans les locaux de la Banque Centrale.

La Banque Centrale remercie les participants pour leur contribution au bon déroulement de la séance.
La Banque Centrale

 
Communiqué de presse de la Banque Centrale de la République de Guinée


La trente unième (31ème ) séance du Marché Interbancaire des Changes (MIC) de l’année 2014 s’est tenue à la Banque Centrale le jeudi 31 juillet 2014 de 09h 10 à 09h 35.

La séance a réuni la BCRG et douze (12) banques sur les quinze (15) de la place en activité.

Le cours moyen pondéré résultant des transactions s’est établi à :

1 USD = 6 859, 6590 GNF.

Ce cours servira de taux de référence aux transactions bancaires jusqu’à la tenue de la prochaine séance qui aura lieu dans les locaux de la BCRG.

La Banque Centrale remercie les participants pour leur contribution au bon déroulement de la séance.
La Banque Centrale
________________________________________________________________
Boite Postale N° 692- Conakry- Téléphone (+224) 30 41 26 51 ; (+224) 30 41 48 98 Télex : 22 225 BAREG- GE

 
Fin vendredi à Rabat de la Session de formation des journalistes d’Agences de presse africaines


Rabat (Maroc), 24 avril (AGP)- La Session de printemps du séminaire de formation des journalistes des Agences de presse africaines, sur le thème, ‘’Le journalisme web’’, a prend fin, vendredi, 24 avril 2015 dans la soirée, au Centre Africain de Formation des Journalistes (CAFJ) de l’Agence Marocaine de Presse (MAP) à Rabat, rapporte l’envoyé Spécial de l’AGP au Royaume Chérifien.

Organisée par la Fédération Atlantique des Agences de Presse Africaines (FAAPA) en partenariat avec la MAP, la dernière journée de la formation, axée sur ‘’Exploiter les médias sociaux’’, a permis aux participants de développer et de se familiariser avec plusieurs sous-thèmes appuyés par des ateliers pratiques avec Twitter et Facebook.

‘’Différence entre medias sociaux et réseaux sociaux’’, ‘’Panorama des médias sociaux’’, ‘’ Quelques chiffres sur les réseaux sociaux’’, ‘’Les différents usages des réseaux sociaux par les journalistes’’, ‘’Réseaux sociaux et journalisme’’, ‘’Réseaux sociaux et journalisme : quels contenus mettre en avant’’, ‘’Twitter et journalisme’’, ‘’Followerwonk : identifier des comptes Twitter intéressants’’, ‘’Facebook et journalisme’’, ‘’Google Media Tools’’, ‘’YouTube pour les médias’’, ‘’ D’autres outils pour les journalistes’’, et ‘’Quels contenus mettre en avant sur Facebook ?’’, ont été entre autres thématiques qui ont nécessité d’amples explications de la part du formateur.
AGP/24/04/015 ST/FDF

 
Page Noire/ L’AGP et la Presse nationale en deuil : Fatoumata Makalé Camara n’est plus !


Conakry, 28 août (AGP)- Fatoumata Makalé Camara, technicienne à l’Agence Guinéenne de Presse (AGP), est décédée mardi, 28 août 2018, à Conakry des suites de maladie, à l’âge de 50 ans.


Fatoumata Makalé a été admise ce mois d’août à la Réanimation de l’Hôpital national Donka, où elle a finalement rendu l’âme.


La mort vient ainsi d’arracher à l’affection de la presse nationale, une de ses braves Dames.


Repose en Paix chère collègue Fatoumata Makalé Camara !

 
Publireportage :


Cellcom présente les 18 joueurs de Football Academy après un séjour de 20 jours au Maroc


Conakry, 29 juil (AGP)- Le directeur Commercial et Marketing à Cellcom Guinée, Asher Terry Alone a présenté, jeudi, 28 juillet 2016, dans un réceptif hôtelier de Conakry, les 18 joueurs de Cellcom Football Academy après un stage de formation de plus de deux semaines au Maroc.


«La société de téléphonie Cellcom Guinée, fidèle à ses engagements, a fait bénéficier aux 18 jeunes une formation pratique de plus de deux semaines dans un Centre de formation de l’équipe de Barcelone, basé au Maroc. Une formation qui s’est soldée par une bonne appréciation de la part des encadreurs, malgré l’intensité des entraînements.


A l’issue de cette formation, trois parmi eux, qui se sont fait remarquer et qui ont retenu l’attention des coachs, ont eu des contacts sérieux avec certaines grandes équipes professionnelles. Pour les mesures de confidentialité les noms seront dévoilés très prochainement. C’était le but de cette campagne», à fait savoir Terry Alone.


Cellcom Guinée ne compte pourtant pas s’arrêter là. Elle ambitionne d’appuyer d’autres joueurs dans la construction de leurs rêves.


«Nous allons toujours continuer de faire la promotion de nouveaux talents de footballeurs en vue de booster le football guinéen, en offrant une nouvelle opportunité aux jeunes guinéens voulant évoluer dans ce domaine.


En ce qui concerne les autres joueurs, qui n’ont pas eu l’opportunité d’être sélectionnés, Cellcom va mener des négociations auprès des clubs locaux, afin qu’ils puissent être intégrés, à défaut d’un contrat à l’étranger», a promis le directeur Commercial et Marketing à Cellcom Guinée.


Au nom des joueurs, Mohamed Kouyaté, sélectionné à Mamou et Gilbert Chaloub de Conakry ont, tour à tour, remercié, sourire aux lèvres, la société Cellcom Guinée, pour l’opportunité qu’elle a offerte.


«Ça nous a permis de faire connaitre nos talents et de nous mètre en contact avec des entraîneurs de haut niveau, qui nous ont fait connaitre à leur tour des schémas de dimension international», ont-ils affirmé.


Au cours de la même cérémonie, le directeur Commercial et Marketing à Cellcom Guinée, Asher Terry Alone a profité pour lancer dans les jours à venir un nouveau produit ''Internet week-end choc'' à 9.900 GNF, valable pour un week-end, avec un volume illimité.


Pour l’activer, il faudra taper *700*48.


Ce nouveau produit offrira dans les jours à venir, la chance aux abonnés d’utiliser internet à coût réduit, tout au long du week-end à partir de vendredi jusqu’au dimanche à 00 heure.


«Cette nouvelle offre pour les internautes fera l’objet d’un communiqué dans les jours après les essais techniques. Nous comptons doubler notre capacité internet pour pouvoir satisfaire la demande croissante des clients», a-t-il rassuré.


AGP/29/07/016 AKT/ST

 
L'AGP et ses travailleurs en danger permanent


Conakry, 4 juil (AGP)- Les locaux de l’Agence Guinéenne de Presse (AGP) sont dans un état piteux et très sale avec des réalités qui crèvent les yeux, au quartier Almamiya dans la commune de Kaloum à Conakry, à moins qu’on ne veuille pas se rendre compte de la situation critique de cet organe de presse pourtant appelé, «Mère des medias».

Vieille de 54 ans, cette Agence est engloutie dans la précarité. Elle est logée dans un immeuble à 8 étages, dont les 5 derniers sont à usage d’habitation. Choses, d’ailleurs, qui rendent son environnement invivable. Des déchets par-ci et autres encombrants physiques par là. Bref, l’accès est plus que difficile. Des chenilles, insectes nuisibles, cafards et parasites y défilent intempestivement à l’œil nu.

Avec l’usure de la tuyauterie, qui date de l’ère coloniale, les eaux usées des toilettes des 6 autres étages, dont 5 à usage d’habitation, se déversent régulièrement dans les locaux de ce service public, situé aux premier et deuxième étages de l’immeuble colonial, mettant ainsi en danger permanent la santé et la vie des travailleurs (journalistes et autres techniciens).

L’AGP manque de toilettes adéquates. Les chaises anglaises qui s’y trouvent sont cassées, les tuyaux d’évacuation bouchés, le tout sous tendu par un manque criard d’eau.

Voilà, en peu de mots, les réalités de l’AGP au moment où l’on parle de la riposte contre la fièvre hémorragique à virus Ebola. Avec les pieds dans la boue, le personnel de l’AGP court de gros risques d’infection et de maladies, telles que la tuberculose et le choléra.

Raison pour la quelle, la nouvelle Direction générale, depuis son installation, n’a cessé d’introduire des requêtes auprès des autorités, en vue de trouver un siège digne d’une Agence de presse.
Le monde des médias évolue, mais l’AGP traine le pas par un manque de soutiens financier et technique en sa faveur. SOS AGP !!!
AGP/04/07/014 CM/ABD/JPO/ST

 
Le président de la République a déploré les actes de vandalismes et de destructions de biens publics perpétrés le 20 septembre à Conakry


Conakry, 24 sept (AGP)- Tout en déplorant les actes de vandalismes et les destructions des autobus de transport publics, patrimoine commun récemment acquis, pour soulager les travailleurs de la capitale, le président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé a, dans une adresse à la nation, vendredi, 21 septembre, appelé tous ces compatriotes, malgré les sentiments de révolte devant de tels actes qui, dit-il, n’honorent ni leurs auteurs ni le pays, à garder leur calme, à ne jamais répondre à ces provocations insensées et incompréhensibles.

Cette adresse du chef de l’Etat guinéen fait suite à la marche dite pacifique, organisée par le Collectif des Partis Politiques pour la Finalisation de la Transition et l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP), le 20 septembre dernier, faisant plusieurs blessés et des dégâts matériels importants dans la Ville de Conakry.

Voici l’intégralité de l’adresse du président de la République à la Nation, transmise à la Rédaction de l’AGP par le Bureau de Presse de la Présidence de la République :

Mes chers compatriotes,

La construction d’un Etat de Droit est une quête quotidienne qui demande l’engagement et la bonne foi de tous les citoyens de ce pays.

Avant-hier, je signais le Décret promulguant la Loi sur la Règlementation de la CENI, avec une parité entre la majorité et l’opposition.

Cette Loi se situe dans la volonté des Institutions Républicaines de renforcer la démocratie.

Hier, l’opposition organisait une manifestation autorisée qui a été largement couverte par tous les organes de presse.

Les forces de l’ordre, malgré des provocations ça et là, malgré l’occupation anarchique de la voie publique non concernée par l’autorisation et bloquant la circulation, sont restées impassibles.

Je veux que la Guinée soit un havre de paix et de liberté.

Je veux que la sécurité publique soit garantie pour tous.

Je veux que toutes les Guinéennes, tous les Guinéens vivent en paix et en harmonie.

C’est pourquoi, tout en déplorant les actes de vandalismes et les destructions des autobus de transport publics, patrimoine commun récemment acquis pour soulager les travailleurs de la capitale, j’exhorte au calme.

Des citoyens ont vu leurs biens saccagés : des boutiques ont été vandalisées sans raison, des véhicules de particuliers détruits.

Ces actes sont de nature à porter atteinte à la cohésion et à l’unité nationale.

Ces actes sont inacceptables.

J’appelle tous nos compatriotes, malgré les sentiments de révolte devant de tels actes qui n’honorent ni leurs auteurs ni notre pays, à garder leur calme, à ne jamais répondre à ces provocations insensées et incompréhensibles.

La Guinée avance et avancera dans la paix, dans la voie du progrès.

Ces soubresauts, ces violences d’hier et de ce matin visent à créer un climat de tension pour paniquer la population et décourager les investissements. Il ne faut pas céder à ces provocations.

Hier, nous avons réussi le forum économique qui a rassemblé en deux jours des grandes personnalités de la Finance, des Affaires et de l’Economie.

Ce succès va amener des nouveaux investisseurs et créer des opportunités d’emploi pour les jeunes, des opportunités de croissance économique pour le pays.

Certains veulent nous distraire de ce travail laborieux fort apprécié à l’Intérieur et à l’Extérieur.

Mes chers compatriotes,

J’en appelle au calme et au travail. J’en appelle à la sérénité et à l’unité nationale.

Que ceux qui veulent marcher marchent mais que personne n’en profite pour créer des troubles et le désordre.

Sans la paix, sans l’unité nationale et la cohésion, il n’y a pas de développement.

Sans la paix et la sécurité des personnes et des biens, il n’y aura pas d’investissements.

C’est pourquoi, la paix est essentielle pour notre peuple.

J’y veillerai de toutes mes forces.
AGP/24/9/012 ST/FDF/ST

 
L’AFD compte appuyer la Guinée dans l’agriculture, l’énergie et les transports ferroviaires et urbains, dixit son DG


Conakry, 6 mars (AGP)- Le Directeur Général (DG) de l’Agence Française de Développement (AFD), Zerah Dov, en visite de travail en Guinée, a été reçu en audience par le président de la République, chef de l’Etat, Pr Alpha Condé, lundi, 5 mars au Palais Sèkhoutouréya à Conakry, selon le Bureau de Presse de la Présidence de la République.

L’entretien entre le chef de l’Etat et le DG de l’AFD a porté essentiellement sur, le renforcement des relations de coopération entre cette institution financière et la Guinée.

A l’issue de cette audience, une déclaration conjointe portant sur les domaines de l’agriculture, de l’énergie et des transports, a été signée par le DG de l’AFD et le ministre guinéen de l’Economie et des Finances, Kerfala Yansané.

A rappeler, que l’AFD qui a été parmi les premières institutions à accorder une aide financière à la Guinée, après la dernière élection présidentielle, appuie ce pays, depuis plusieurs années, dans son programme de développement économique.

M. Zerah Dov a en outre déclaré, que la présence qu’il souhaite aux côtés de la Guinée, s’articule autour de trois axes principaux à savoir, le développement agricole, pour atteindre son objectif de sécurité alimentaire, l’énergie (dans la production, la distribution et l’interconnexion), ainsi que les transports ferroviaires et urbains.

En réponse, le président de la République, a remercié le Directeur Général de l’AFD, pour sa visite et pour tous les efforts fournis en faveur de la Guinée.
‘’Ça fait de longues années que l’AFD nous accompagne, même si son Directeur actuel a eu de mauvais souvenirs du pays, lorsqu’il était patron de la Compagnie Française pour le Développement des fibres Textiles (CFDT) et que la Guinée l’a spolié dans des conditions scandaleuses’’, a rappelé Pr Alpha Condé.

‘’Mais, il doit savoir que c’est la nouvelle Guinée aujourd’hui et que cela ne se fera plus à aucun homme d’affaires. J’espère qu’il part avec la conviction que la Guinée est en train de changer et cela va l’encourager à davantage nous accompagner, a conclu le Président de la République, a-t-il conclu.
AGP/6/3/012 ST/JPO/ST

 
Communiqué de presse de la Banque Centrale de la République de Guinée du 21 août 2014


La trente quatrième (34ème) séance du Marché Interbancaire des Changes (MIC) de l’année 2014 s’est tenue à la Banque Centrale le jeudi 21 août 2014 de 09h 15 à 9h45mn.

La séance a réuni la BCRG et douze (12) banques sur les quinze (15) de la place en activité.

Le cours moyen pondéré résultant des transactions s’est établi à :

1USD = 6 888, 9566 GNF.

Ce cours servira de taux de référence aux transactions bancaires jusqu’à la tenue de la prochaine séance qui aura lieu dans les locaux de la BCRG.

La Banque Centrale remercie les participants pour leur contribution au bon déroulement de la séance.



La Banque Centrale
__________________________________________________
Boite Postale N° 692- Conakry- Téléphone (+224) 30 41 26 51 ; (+224) 30 41 48 98 Télex ; 22 225 BAREG- GE

 
Communiqué de presse de la Banque Centrale de la République de Guinée du 25 septembre 2014


La trente neuvième (39ème) séance du Marché Interbancaire des Changes (MIC) de l’année 2014 s’est tenue à la Banque Centrale le jeudi 25 septembre 2014 de 09h 20 à 09h 45mn .

La séance a réuni la BCRG et treize (13) banques sur les quinze (15) de la place en activité.

Le cours moyen pondéré résultant des transactions s’est établi à :

1USD = 6 935, 1656 GNF.

Ce cours servira de taux de référence aux transactions bancaires jusqu’à la tenue de la prochaine séance qui aura lieu dans les locaux de la BCRG.

La Banque Centrale remercie les participants pour leur contribution au bon déroulement de la séance.
La Banque Centrale
__________________________________________________
Boite Postale N° 692- Conakry- Téléphone (+224) 30 41 26 51 ; (+224) 30 41 48 98 Télex ; 22 225 BAREG- GE

 
AVIS DE CONCOURS  ::  Infos Régionales  ::  Flash infos  ::  Partenaires  ::  Accès Membres  ::  INFOS continue...  ::  Videos : Les JT  ::  EPHEMERIDE  ::  EDITO  ::  


Privé - Espace Clients Privé - Espace Clients  

© Rosawebpro